Les USA arment l’Europe…

… l’Oncle Sam aux commandes du futur avion européen ?

En vendant 35 avions de combat F-35 à l’Allemagne, les Etats-Unis ont fait mouche deux fois. Tétanisé par les performances des missiles hypersoniques de Poutine, Berlin tenait à acquérir de toute urgence un « vecteur » atomique capable de déjouer les défenses ennemies.

Résultat ?

Primo, après ses ventes à l’Italie, à la Belgique, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, l’Oncle Sam renforce « son » Europe du F-35 contre celle du Rafale. Secundo, il ambitionne maintenant de pousser la France hors de la construction de l’avion européen du futur, le Scaf.

Ce procédé amical rappelle celui de septembre dernier, lorsque, sous sa pression, l’Australie avait rompu un contrat signé avec la France pour la livraison de 12 sous-marins…

Explication : bien que le F-35 soit surtout performant grâce à son système électronique (« un ordinateur équipé d’un réacteur », plastronnent ses adorateurs — l’électronique peut représenter la moitié de la valeur d’un avion de combat), les Américains seraient sur le point de permettre à un consortium européen d’enrichir les équipements électroniques du zinc, ce que le contrat de vente interdit en théorie.

Ledit consortium a été constitué il y a pile un an, après le rachat de 25 % de l’allemand Hensoldt, leader européen de l’électronique de défense, par l’italien Leonardo.

En voie d’éjection par Dassault du projet Scaf, Hensoldt pourrait donc être accueilli à bras ouverts par Lockheed Martin, le constructeur du F-35, et ainsi travailler à un système électronique commun entre tous les avions de l’Otan.

C’est d’autant plus probable que Leonardo, nouvel actionnaire des électroniciens allemands, a été retenu par la Grande-Bretagne et la Suède pour fournir l’ensemble de l’électronique embarquée du Tempest, le concurrent du Scaf.

Or, et d’une, ce sont les militaires américains qui fournissent les schémas techniques permettant à un avion de transporter des armes de l’Otan ; et de deux, la sortie du Tempest est prévue pour 2035, contre 2040 pour le Scaf, s’il voit le jour.

Bref, l’avion européen du futur pourrait se faire sans Dassault. « L’avion franco-allemand était un projet politique, mais le remplacement d’Angela Merkel par Olaf Scholz, qui est à l’écoute de ses militaires, bouleverse la donne, confie un dirigeant allemand de l’aéronautique. Cela dit, Dassault et Thales sont très capables de construire un Scaf français. »

Petit rappel : avant de quitter son portefeuille de ministre de la Défense, Ursula von der Leyen avait sanctionné un général qui préconisait l’achat de F-35. Quelle connerie, naguère !


Alain Guédé. Le Canard Enchainé. 13/04/2022


3 réflexions sur “Les USA arment l’Europe…

  1. bernarddominik 23/04/2022 / 21:03

    L’Europe de la défense chère à Macron est illusoire puisque c’est l’otan, dirigée par les usa, qui décide. Mais quand les intérêt des usa et de l’UE seront divergents l’UE devra se soumettre, et peut-être même s’engager dans des conflits au profit exclusif des usa. Peut-être que le projet de quitter le commandement unifié de l’otan, inscrit dans le programme du RN, est alors souhaitable

  2. jjbadeigtsorangefr 23/04/2022 / 23:21

    Vive l’indépendance de l’Europe qui se place délibérément sous commandement américain. OTAN en emporte le vent……..

    • Libres jugements 24/04/2022 / 11:26

      Bernard, ce n’est pas à toi que je vais apprendre que l’UE à bien peu de pouvoir.
      En effet, d’une part, les 28 États membres gardent leur souveraineté et d’autre part, il n’y a pas un État européen constituer avec ses lois et sa gestion financière indépendante.
      Cordialement,
      Michel

Laisser un commentaire