L’économie selon Le Pen : arbitraire et désordre

Présidente de la République, Marine Le Pen met immédiatement en œuvre son programme…

… centré sur le « pouvoir d’achat » : très forte baisse de la TVA sur l’énergie, sa suppression complète sur une liste de 100 produits jugés « de première nécessité », baisses d’impôts dans tous les sens, nationalisation des autoroutes… Le déficit budgétaire explose.

Les marchés internationaux paniquent. Car ils n’aiment pas les personnes dépourvues de stratégie économique cohérente, dont le parti a été condamné à plusieurs reprises pour corruption. Pour eux, la France est la nouvelle Grèce, mais en cent fois plus grosse. Plus aucune banque ni compagnie d’assurances ne veut de la dette française : les taux d’intérêt augmentent.

Marine Le Pen, à peine élue, est déjà dos au mur. Les banques, qui ont flairé le coup, proposent à leurs clients de placer leur bas de laine en Allemagne : rien de plus facile avec le marché unique, c’est simple et gratuit, un clic suffit. Voilà des milliards qui quittent le pays chaque jour. Marine Le Pen réinstaure le contrôle des capitaux et veut revenir au franc.

Les entreprises étrangères présentes dans l’Hexagone fuient le territoire au plus vite. Plus aucun entrepreneur français n’embauche, n’investit. L’économie est à l’arrêt, l’inquiétude est généralisée, les jeunes diplômés cherchent leur emploi hors de France.

Dans les services publics et les entreprises; les pulsions autoritaires et sadiques se déchaînent. L’État de droit et les contre-pouvoirs ne sont plus que de lointains souvenirs. Les prud’hommes, les syndicats, le droit du travail? On oublie.

Les salariés qui avaient voté pour. Le Pen car « ils ne voyaient pas de différence avec Macron » déchantent. Le smic n’augmente pas. Certes, certains pa­trons ont accru, un peu, les salaires, en échange de la baisse des cotisations sociales. Mais seules les grandes boîtes en profitent. Les indépendants, les salariés des garages, dès boutiques de fringues ou des boulangeries – nombreux à lui avoir apporté leurs suffrages – ne voient rien venir.

La retraite à 60 ans?

Elle est réservée aux personnes ayant quarante années de travail à cet âge. Les Français se rendent compte que la « lutte contre la fraude », désormais érigée en priorité nationale, leur tombe sur le coin de la gueule : toutes les aides sont passées au crible, et, au moindre doute sur votre nationalité, c’est fini ! Les personnes françaises, mais nées à l’étranger, ou dont les papiers ne sont plus à jour, perdent leur retraite ou leurs allocations chômage, et doivent plaider Ieur cause face à une administration dorénavant aux ordres, sourde et muette, qui ne fait même plus semblant de les écouter. Les recours en justice se multiplient, mais à quoi bon?

Le pire est bien sûr réservé aux étrangers : suppression du regroupement familial; bourses pour étudiants, allocations familiales, allocations logement, etc., supprimées ; priorité accordée aux Français dans l’attribution des logements sociaux, ou lors des embauches. De nombreux Portugais, Algériens, Polonais, Marocains, Espagnols, Roumains, Tunisiens et Italiens quittent la France, l’entraînant dans une chienlit sans précédent depuis 1968 : les chantiers du BTP sont stoppés, les usines tournent au ralenti, les poubelles s’entassent dans les rues, les grabataires meurent par paquets de 12 une fois Maria rentrée au pays parce qu’elle en a marre de se faire insulter dans la rue. De nombreux Français regrettent leur vote. Mais il est trop tard : Marine Le Pen est au pouvoir, et elle compte bien s’en servir, de ce pouvoir qu’elle possède maintenant sur nos vies


Jacques Littauer. Charlie Hebdo20/04/2022


Une réflexion sur “L’économie selon Le Pen : arbitraire et désordre

  1. jjbadeigtsorangefr 22/04/2022 / 17:22

    Le capitalisme n’est pas remis en cause, c’est son dernier rempart au contraire. Bolloré va être content si elle passe.

Laisser un commentaire