S’en souvenir en vue des législatives 3

Marine et Eric au bal masqué, ohé, ohé.

Il ne faut pas se priver du plaisir de relire, de réécouter, de revoir les grands moments de tendresse qu’ont partagés Zemmour et Le Pen ces sept derniers mois.

Les mamours commencent le 14 septembre 2021, sur BFMTV. Le premier attaque : « Tout le monde sait que Marine ne peut pas gagner, même elle (…). Son débat de 2017 a montré cruellement ses lacunes et a humilié ses électeurs. »

Bien envoyé !

Désormais déguisée en mère Teresa, Marine la Gentille finit par se défendre le 15 novembre 2021 sur Franceinfo, mais point trop n’en faut : « Le problème d’Eric Zemmour, c’est que c’est un polémiste, et, en réalité, il ne sait rien faire d’autre que de polémiquer. C’est ce qui différencie un polémiste d’un homme d’Etat. »

Oh, la vilaine !

Le 12 janvier, Zemmour ressort donc la canonnière sur BFMTV : « C’est quand même à cause d’elle et de son débat calamiteux que nous avons eu cinq ans d’Emmanuel Macron. J’ai une pensée émue pour les électeurs du RN. Est-ce qu’ils sont prêts à perdre avec Marine Le Pen en 2032 ? C’est un peu notre Arlette Laguiller de la droite nationale ! »

Le 3 février 2022, la mère Teresa du RN commence à s’énerver dans « Le Figaro », avec son fameux « [chez Zemmour] il y a quelques nazis ». Mais ceux-ci sont quand même les bienvenus pour voter Le Pen le 24 avril !

Le 24 mars, sur M6, elle glisse : « Il faut être honnête, Eric Zemmour n’a pas inventé grand-chose. »Puis elle intensifie les bombardements, une semaine plus tard, depuis la Guadeloupe, toute « choquée »qu’elle est par le « mépris de classe »de son adversaire. Zemmour sort illico la défense antiaérienne : « Ce n’est pas une femme qui a grandi dans des manoirs qui va me faire la leçon (…). Comme l’a dit son père, c’est une bourgeoise. Elle leur parle tout le temps du pouvoir d’achat, et, accessoirement, elle s’occupe de son pouvoir d’achat à elle. »

Mais les zemmouriens préfèrent aujourd’hui appeler à voter pour la « bourgeoise ». Notamment sa félonne de nièce, Marion Maréchal, qui lançait dès le lendemain du premier tour, sur Europe 1 : « Je trouverais ça dommage de ne pas créer quelque chose de cohérent ».

Une petite valse dans un bal en Autriche, et tout est oublié !


Article signé des initiales C.N. Le Canard Enchainé.13/04/2022


Laisser un commentaire