Enquete sur la concentration des médias

Les sénateurs ont « sauvés » CNews.

La commission d’enquête sénatoriale sur la concentration des médias, qui a oeuvré pendant quatre mois, mobilisé une vingtaine de sénateurs et vu défiler tous les milliardaires patrons de presse, aura au moins débouché sur un constat : lorsqu’il s’agit des médias, le bon vieux clivage droite-gauche n’est pas mort !

Jeudi 31 mars 2022, en guise de conclusion des travaux, le sénateur LR Jean-Raymond Hugonet a donné le ton. Selon lui, les auditions ont « permis d’établir que la concentration des médias n’était pas excessive en France et que le pluralisme de l’information était pleinement respecté » Il fallait oser.

Sans surprise, son homologue socialiste et rapporteur de la commission, David Assouline, campait sur une position opposée. Et cela a empêché tout ce petit monde de s’entendre sur la rédaction d’un rapport au canon.

Ils ont rendu une copie mollassonne de… 381 pages. Laquelle ne modifie en rien les règles anticoncentration.

L’accouchement de ce texte a toutefois donné lieu à une bataille épique sur le cas CNews, qui en dit long sur l’air ambiant. Comme l’avait évoqué « Le Canard » (23/3), Bolloré redoutait que sa télé se retrouve qualifiée de « chaîne d’opinion » dans le rapport final de la commission. Cela aurait pu donner des ailes à l’Arcom (ex-CSA), qui n’en pense pas moins, pour rappeler ses obligations à CNews. Voire menacer son autorisation d’émettre, délivrée au titre de « chaîne d’information ». Vent debout, les sénateurs LR se sont opposés à ce que CNews soit affublée du qualificatif infamant de « chaîne d’opinion ». Et ils ont obtenu gain de cause.

Heureusement que des gens sont là pour préserver l’essentiel.


Article signé des initiales C. N. – Le Canard enchaîné. 06/04/2022


Une réflexion sur “Enquete sur la concentration des médias

  1. jjbadeigtsorangefr 07/04/2022 / 15:08

    Comme quoi que l’on vote à droite ou à gauche cela ne débouche pas sur la même façon de gouverner. Les uns préservent les intérêts du capitalisme, les autres ceux des auditeurs.