Les petites feuilles dans le vent

Brochures, fascicules, plaquettes, libelles, tracts, opuscules ou imprimés : on sait mal comment les nommer.

Ils ont parfois l’élégante pudeur d’arborer une couverture, mais en sont parfois dépourvus. Ils sont parfois brochés, parfois agrafés, parfois simplement pliés, mais se distinguent tous par une bizarrerie commune ; ils sont « trop »: « Trop longs pour être un article, trop courts pour être un essai », observe avec malice Jean-François Colosimo, directeur des éditions du Cerf.

Ni vraiment livre ni vraiment journal, dont ils affichent pourtant certains codes graphiques, voire l’aspect jetable, le prix très abordable (dès 2,50 euros) et la prise directe avec l’actualité : Pourquoi Joe Biden va échouer, d’André Kaspi; La Langue de Zemmour, de Cécile Alduy; Jojo, le Gilet jaune, de Danièle Sallenave ; La Guerre des sexes: un point, c’est trop!, de Julie Neveux; Immigration. Fabrique d’un discours de crise, de Louis Imbert…

Munitions lancées dans le débat d’idées, en cette période guerrière, électorale et pandémique qui voit se pérenniser toutes les crises, ces « textes d’intervention politico-intellectuels », ainsi que les décrit Hugues Jallon, directeur du Seuil, bousculent les habitudes des uns et attisent les convoitises des autres. « Tracts », collection lancée en février 2019 par Gallimard, suivie par les « Imprimés », du quotidien en ligne AOC [Analyse Opinion Critique], en décembre 2020.

« Placards & Libelles », positionnée sur le marché comme le « quinzomadaire de la vie intellectuelle » par les éditions du Cerf en octobre 2021, dupliquée en « Libelle » par le Seuil en janvier dernier. Et la dernière-née en mars, « Amorce », de 10/18, qui relève davantage du mini-poche (telle Liber, la collection créée en 1997 par Pierre Bourdieu) et reprendra certaines enquêtes de la Revue du crieur.

[…]

Ce nouveau support, qui permet une autre manière de s’inscrire dans le temps du débat, nous sommes vraiment allés le chercher, convaincus qu’il fallait innover dans nos pratiques éditoriales. » Jusqu’à « inventer peut-être une autre façon de fabriquer des revues », alors que le succès de la collection, qui doit beaucoup aux conseils de Régis Debray — lequel a déjà signé sept numéros, dont l’inaugural L’Europe fantôme —, a coïncidé avec l’arrêt symbolique de la revue Le Débat, fondée par Pierre Nora et animée par Marcel Gauchet. « Mais la plus grande surprise pour nous, poursuit Alban Cerisier, fut de voir comment Tracts, grâce à l’engouement des libraires, est vite devenue une collection de fonds: datés dans leur parution, souvent liés à un événement et à une chronologie serrée, ces textes s’imposent pourtant comme des livres de référence, prescrits et vendus dans le temps long. La preuve : nous avons fait un catalogue papier ! »

[…]


Juliette Cerf – Télérama N° 3769 – 06/04/2022 – Extraits.


Laisser un commentaire