Laurent Bigorgne, ami de Blanquer !

Très proche de Macron et de Blanquer, poursuivi pour avoir drogué une ex-collaboratrice, entre autres…

Son procès, en novembre, le dira, mais une chose est certaine : il n’a jamais été maltraité par le pouvoir en place ! Et surtout pas par le ministre de l’Éducation.

Depuis 2017, Bigorgne s’efforçait d’inspirer la politique éducative libérale de Blanquer : via son think tank, l’Institut Montaigne, mais aussi au travers de deux associations par lui présidées, Agir pour l’école et Le Choix de l’école. Or ces dernières, comme en témoignent les documents sur lesquels « Le Canard » a mis la palme, ont bénéficié de programmes d’aides pharaoniques.

Pas très académique

Agir pour l’école s’invite chaque année au sein de certains établissements pour promouvoir un apprentissage syllabique à la rude. L’arrivée au ministère de Blanquer, ex-membre de son comité directeur, n’a pas nui à son activité. Le 11 octobre 2018, l’association a signé une convention avec la Direction générale de l’enseignement scolaire (Dgesco), jadis dirigée par le même Blanquer, pour un projet « Lecture » concernant 227 classes de CP dans neuf départements.

Montant de la subvention : 500 000 euros ! Une partie (150 000 euros) a été directement versée par le ministère, le reste par les six académies concernées par le projet (Lille, Lyon, Nice, Montpellier, Toulouse et Versailles).

Las ! un an plus tard, le bilan est mitigé : retard dans la formation des enseignants, difficultés dans le suivi et l’accompagnement des classes, non-respect du volume horaire (deux heures à peine de lecture par jour)…

L’association « attendait un résultat au-dessus de celui qui a été réalisé », a dû reconnaître Bigorgne soi-même, dans un rapport daté du 24 juillet 2019. Au passage, alors que la subvention publique représentait la moitié de ses ressources, la colonne « rémunération des personnels » a explosé : 355 561 euros au lieu des 200 000 prévus.

Bon prince, le ministère de Blanquer remet le couvert à la rentrée 2019. Cette année-là, la subvention grimpe même à 800 000 euros.

Le programme porte sur 165 classes, qui ont juste « reconduit » le projet « Lecture » ; des maternelles et une soixantaine de groupes de CE1 sont venus s’y ajouter. Les frais de personnel gonflent aussi, à 786 000 euros. Dans un rapport (1119/20), l’association s’auto-félicite : « Jusqu’à l’annonce du confinement et la fermeture des écoles, le 16 mars 2020, les objectifs étaient globalement atteints. »

Bingo ! L’année suivante, le financement est reconduit : encore 700 000 euros pour… « poursuivre l’accompagnement des classes de grande section, CP et CE1 engagées dans le projet « Lecture » 2019-2020 ». Agir pour l’école admet toutefois que deux des six académies (Nice et Toulouse), avec « un nombre de classes et un engagement très faibles depuis deux ans », ne poursuivent pas le projet… En trois ans, l’association a donc empoché la bagatelle de 2 millions d’euros d’argent public.

Au « Canard », Bigorgne livre laconiquement d’autres chiffres : « L’association accompagne, selon les années, entre 6 000 et 9 000 élèves, auxquels s’ajoutent environ 1 000 enfants au sein d’ateliers pendant les vacances, en partenariat avec les collectivités, les centres so­ciaux et de loisirs. »

École financière

A propos de son autre association, en revanche, il reste muet. Depuis 2019, Le Choix de l’école place des profs issus d’écoles de commerce dans des collèges, histoire de les former, avec le soutien des rectorats. Avec l’appui des services de Blanquer, surtout, qui développent ainsi l’enseignement à la sauce entrepreneuriale cher aux macronistes.

Rappel utile : en 2016, à sa création, l’adresse d’En marche ! était celle du domicile de Bigorgne…

Au Choix de l’école, le ministère de l’Education a accordé deux gros subsides, le 5 novembre 2019 et le 20 novembre 2020. Montant total : 600 000 euros. En deux ans, cette association n’a formé et accompagné que 102 enseignants, dans quatre académies (Paris, Versailles, Créteil et Aix-Marseille), et seuls 45 % ont continué d’enseigner par la suite…

Sélectifs, les « choix pour l’école » de Blanquer !


Christophe Nobili. Le Canard Enchainé. 23/03/2022


Une réflexion sur “Laurent Bigorgne, ami de Blanquer !

  1. jjbadeigtsorangefr 30/03/2022 / 20:35

    Le règne des copains et des coquins n’est pas près de se terminer si ces voraces sont reconduits.

Laisser un commentaire