L’armée russe serait en échec en Ukraine ?

En dehors du fait qu’il n’y avait pas de vraies raisons pour la Russie d’envahir l’Ukraine hors la volonté absurde du dictateur Poutine ; au sein des états-majors français et des hautes sphères de l’Otan, on n’a toujours pas compris pourquoi les maréchaux russes se sont lancés dans « une guerre inédite » en utilisant « des systèmes d’armes » vétustes, au début de leur offensive.

Des chars T-72 ou T-80 (datant des années 70), notamment, que leurs équipages ont parfois abandonnés, soit par manque de carburant, soit après avoir essuyé les tirs des missiles antichars ukrainiens.

Toujours selon les experts de l’Otan, les chefs militaires russes ont sans doute manqué de temps pour « adapter leur logistique » aux besoins des soldats (y compris en alimentation !) et pour leur fournir « des moyens de communication fiables ».

Autre erreur de l’état-major : parmi les 550 avions de combat prêts à bombarder l’Ukraine, certains n’étaient pas dotés de moyens de tir précis et de missiles modernes. Quant aux hélicoptères d’attaque au sol, ils disposaient souvent de roquettes « non guidées ».

Plus incompréhensible : la vieille pratique chère à l’Armée rouge (l’artillerie arrose d’obus le champ de bataille avant toute offensive) n’a pas encore permis de conquérir des villes comme Kharkhiv ou Marioupol, ni d’occuper le pays.

Poutine a, lui aussi, compris que son armée était vraiment à la peine, que sa réputation était surfaite, que ses généraux lui avaient donc caché son niveau d’impréparation et que ses services de renseignement, dont plusieurs responsables ont été limogés, s’étaient révélés incapables de prévoir la résistance de l’armée et de la population ukrainiennes. De quoi mettre en fureur un chef de guerre qui n’a jamais douté de rien.

  • L’arme fatale du Kremlin

Inquiet, dans un premier temps, du grand nombre de pertes au sein des unités engagées, Poutine a fait appel à des supplétifs pour les combats au sol : des Syriens, des Tchétchènes (ceux que l’on a vus filmés à Marioupol criant « Allahou Akbar ! ») et des paramilitaires de Wagner.

Puis, toujours imprévisible, il s’est fixé un autre objectif : démontrer que ses avions Mig-31 et ses frégates disposaient aujourd’hui d’une arme de qualité supérieure, le « Kinjal » (« poignard », en français), un missile hypersonique (qui peut transporter une charge, au besoin nucléaire, à une allure comprise entre 5 et 10 fois la vitesse du son) capable de parcourir entre 1 000 et 2 000 km puis de frapper sa cible après avoir échappé à toute défense antiaérienne.

Une initiative « démesurée », àen croire des diplomates et des militaires français, qui, en substance, l’interprètent ainsi : « La démonstration réalisée la semaine dernière par deux « Kinjal » détruisant, l’un, un dépôt d’armes et, l’autre, un dépôt de carburant n’avait d’autre but que de mettre en garde les Etats-Unis et d’effrayer les voisins de la Sainte Russie, qu’ils soient ou non membres de l’Otan. » Aucune autre explication rationnelle ne peut en effet permettre de comprendre pourquoi l’armée russe a utilisé ces missiles hors de prix pour atteindre d’aussi modestes objectifs.

A Mons, en Belgique, au sein du Grand Quartier général de l’Otan, où des officiers français sont à l’ceuvre, des analystes pompeusement baptisés « planificateurs stratégiques » sont chargés de « tirer les leçons » d’une guerre qui n’en est peut-être qu’à ses premiers massacres.

A les entendre, Poutine, en préparant l’invasion de l’Ukraine, a choisi d’écouter ses chefs militaires, notamment le général Valéri Guerassimov, le chef d’état-major des armées, plutôt que ses diplomates et le FSB, son service barbouzard. Ce qu’un haut responsable de l’Otan traduit ainsi : « On assiste à une militarisation progressive de la société russe. » Avant de proposer le « retour à une posture stratégique » de l’Europe, avec une hausse importante des dépenses militaires à la clé.


Claude Angeli. Le Canard Enchainé. 23/03/2022


3 réflexions sur “L’armée russe serait en échec en Ukraine ?

  1. jjbadeigtsorangefr 27/03/2022 / 09:40

    En attendant ce sont les civils qui en prennent le plus et l’immonde prétexte d’invasion d’un pays libre démontre la volonté expansionniste de la Russie.
    Guerre à la guerre et aux bellicistes de tous bords.

  2. Maryse 28/03/2022 / 15:25

    Petites précisions : le gouvernement de Kiev bombarde, depuis 2014, les républiques du Dombass. L’invasion russe est illégale, mais ces bombardements antérieurs aussi. De même, s’il y a un pays dont l’armement est désuet, ce n’est ni la Chine ni la Russie, mais bien les États-Unis, malgré leurs infinies guerres humanitaires. Et si vous dites que l’Union européenne n’a pas reconnu le référendum des républiques pro-russe, en 2014, en quoi est-ce plus légale? Quand Franco prit le pouvoir, en Espagne, la France l’a soutenu… Vive la République!

    • Libres jugements 29/03/2022 / 10:18

      Bonjour Maryse
      Merci d’avoir versé un commentaire sur ce sujet, tout éclairage doit mener à « peaufiner » une analyse personnelle.

      Petit rappel, les articles postés sur ce blog appartiennent d’abord à celles/ceux qui les ont écrits tout comme le support diffusant, sont toujours indiqués à la fin de l’article.
      Même si au titre d’administrateur, je réalise une sélection parmi les nombreux propos diffusés, ils ne sauraient m’être attribués directement.
      Bonne journée,
      Cordialement,
      Michel

Laisser un commentaire