Le projet de Macron prévoit tout, sauf les moyens…

C’est sûr, la croissance va repartir et le chômage s’effondrer.

Dès lors, faut-il se fatiguer à entrer dans les détails ? Hormis le recul de l’âge de la retraite à 65 ans, le chiffrage, fourni par Macron, de son programme présidentiel repose sur de louables hypothèses — plein-emploi, réduction de moitié du rythme d’augmentation des dépenses publiques. Mais par quelles mesures concrètes y arriver ? D’autant qu’une discrétion de violette est de mise quand il s’agit de mentionner les futures dépenses. Pourquoi se biler ? 50 milliards d’économies, 50 milliards de dépenses nouvelles et 50 milliards de baisse du déficit grâce à la croissance sont annoncées.

Bref échantillonnage des voeux pieux et des paris sur l’avenir du projet macronien…

Retraite : enfin on comprend !

Macron ne cesse de le marteler : la réforme des retraites — qu’il a échoué à faire adopter durant son quinquennat était excellente. Celle qu’il prévoit pour son second mandat n’a pourtant rien à voir : l’âge de départ est porté de 62 à 65 ans, sauf pour les carrières longues ou pénibles et les handicapés. En 2027, elle permettra d’économiser 9 milliards, estime l’équipe Macron.

Plutôt 7,7 milliards, chipote le libéral Institut Montaigne.

Les salariés qui avaient prévu de partir dans trois ans accepteront-ils de patienter un an de plus ? Et les autres ? Pas certain. « L’âge de la retraite est reculé de quatre mois par an, contre cinq mois dans la réforme Fillon de 2010 », souligne le député (LR) Gilles Carrez. Depuis, il y a eu les gilets jaunes, et tous ne sont pas à la retraite.

Chômage en chute libre

Après avoir vu le chômage descendre à 7,4 % fin 2021, Macron tient (presque) sa promesse de campagne de 2017 (7 %). Et le meilleur est à venir, assure-t-il : le plein-emploi, soit moins de 5 % de chômeurs. Un taux jamais atteint depuis 1978 ! Economie : 30 milliards pour les finances publiques. Comment accomplir ce prodige ? « Il y a beaucoup de créations d’entreprise, et le nombre d’apprentis augmente très fortement, expliquent les budgétaires de Macron. Sans compter la baisse des impôts, qui dope l’activité. » Et pas la moindre crise internationale en vue, heureusement…

Les finances publiques au carré

Etat, Sécu, collectivités locales, tout le monde sera mise à contribution pour économiser 25 milliards sur les dépenses publiques.

Facile : il suffit de diviser par presque deux leur rythme d’augmentation par rapport à celui constaté depuis dix ans, pour le ramener à 0,8 %. Et tout ça sans réforme de structure significative, de type réduction du nombre de fonctionnaires.

Dans un beau jargon, les conseillers macroniens évoquent « la mutualisation des fonctions support, la rationalisation des services, etc. ». En 2018, le grand plan d’économies de Macron, « Cap 22 », devait déjà permettre d’économiser 30 mil­liards de dépenses publiques. On les cherche encore.

La croissance s’envole

Même si Macron ne l’a pas évoqué lors de sa conférence de presse, le taux de croissance permettant d’accomplir ces merveilles devra s’élever à au moins 2 % par an jusqu’en 2027. Soit moitié plus que ce que prévoyait le gouvernement dans sa trajectoire budgétaire adressée à Bruxelles il y a moins d’un an, bien avant la guerre en Ukraine. Il en résulterait 30 milliards de recettes supplémentaires. Venues d’où ?

« Notamment [d’une reprise plus rapide que prévu et [du] plein-emploi », indiquent les experts de Macron. Pour François Ecalle, magistrat de la Cour des comptes et directeur de Fipeco, un organisme spécialisé dans l’analyse des finances publiques, « c’est un grand classique de la prévision budgétaire : financer un programme en gonflant un taux de croissance imprévisible ». Il y en a qui voient le mal partout.

Dépenses rabotées

Si le programme de Macron n’oublie aucune recette (réelle ou espérée), il est moins exhaustif sur les dépenses. N’y figurent pas, par exemple, le dégel du point d’indice des fonctionnaires, qui coûte pourtant 2 milliards par pourcentage d’augmentation, ou les dépenses déjà prévues dans les diverses lois de programmation décidées récemment (Défense, Justice, Recherche et Intérieur), qui s’élèvent à 15 milliards.

C’est ce qui s’appelle dépenser sans compter.


Hervé Martin. Le Canard Enchainé. 23/03/2022


Il aura prévenu tout le monde son programme, ça va être tout pour certains, rien pour la plus grande majorité des Français… malgré tous les votant ne vont pas s’empêcher de l’élire… Un drame en perspective? mais réagissez bon sang ne mettez pas n’importe quoi dans les urnes et puis d’abord si vous ne voulez pas être le mouton tondu, allez voter. MC


2 réflexions sur “Le projet de Macron prévoit tout, sauf les moyens…

  1. bernarddominik 26/03/2022 / 07:49

    La croissance est en réalité négative, car il faut lui retrancher l’inflation qui augmente artificiellement les chiffres d’affaires, est une bonne affaire pour l’état grâce à la tva mais la réalité est plus sombre les Français se sont appauvris.
    Quant aux moyens avec l’inflation les taux vont augmenter et les 600 milliards de plus de dettes (à des taux déjà plus élevés par les combines de Bercy) vont peser lourd dans le budget.
    Donc, les moyens, il n’y en aura pas.

  2. jjbadeigtsorangefr 26/03/2022 / 09:10

    Macron 2, c’est de nouveau et toujours tout pour les riches et tant pis si ça ne ruisselle pas.
    Moi, je vais ROUSSELLER et tant pis pour les riches.

Laisser un commentaire