Fier comme un pou

Être fier comme un pou est une expression incompréhensible au premier abord, et qui comme beaucoup d’autres doivent son succès à son absurdité.

Les poux sont des petites bêtes noires pleines de pattes qui se promènent parfois sur les mèches de cheveux, assez gravement sans doute, mais sans aucune fierté. Ils se sauvent dès que l’on approche le doigt, ils s’enfuient lâchement dans l’épaisseur de la chevelure comme un cafard sous un balai.

Que l’on dise « moche comme un pou », cela se comprend, mais fier ?…

En réalité le « pou » en question (ou poul, ou pol) est l’ancienne dénomination du coq, le mâle de la poule précisément, et le papa du « poulet » !

En fait, fier comme un pou veut dire « fier comme un coq ». Un petit coq même, un coquelet fringant, tout en plumes et en crête arrogante. Cela à une époque où le coq adulte s’appelait aussi jal, ou gal, du latin gallus, alors que la vermine des coiffures était encore un pouil, ce qui explique les « pouilleux ».

L’expression se rattache donc légitimement à la panoplie du cocorico national — le mot « coq » vient d’ailleurs de « cocorico », imitation de son cri.


Quant au coq gaulois, l’emblème, il résulte d’un jeu de mots en latin entre gallus, coq, et Gallus, Gaulois, sans que nos ancêtres bien connus aient marqué une préférence particulière pour cet oiseau de basse-cour !


Claude Duneton – « La puce à l’oreille »


Une réflexion sur “Fier comme un pou

  1. Pat 23/03/2022 / 19:59

    Je dis plutôt « fier comme Artaban », ça me parle plus, bien que l’origine soit contestée.

Laisser un commentaire