C’est la petite souris du gouvernement.

Fine, discrète, jamais de bruit. Elle est ministre des Armées, seule femme à la tête d’un ministère régalien, l’est de l’Europe est en alerte, les missiles tombent à quelques kilomètres de la Pologne, mais elle reste dans l’ombre. […]

Desinn de Kiro – Le Canard 16/03/2022

C’est que, elle a beau être du vieux monde, Florence Parly a immédiatement compris la règle d’or du nouveau monde : c’est le patron qui cause. Jamais une friction avec Matignon, jamais un malentendu avec le Quai d’Orsay, elle est parfaite.

Ça tombe bien, finalement, car ce n’est pas une fana de la prise de risques. Pendant toutes ses années de militantisme au Parti socialiste, chez les fabiusiens, puis chez Jospin, elle a réussi à ne pas ouvrir la bouche. […]

Elle vit la politique avec placidité, quand d’autres sont dans la rage et la passion. Elle n’a laissé aucun souvenir au conseil régional de Bourgogne, où elle a pourtant siégé quelques années. Ce fut une remarquable secrétaire d’Etat au Budget dans le gouvernement Jospin : technique, mutique.

Après la défaite de la gauche, en 2002, elle quitte la politique, dont elle ne reste pourtant jamais éloignée. […]

Florence Parly, qui a travaillé avec Paul Quilès au ministère de l’Equipement et des Transports (1991-1993), a donc de solides appuis au PS, justement en raison de sa proverbiale retenue. « Elle est sérieuse et fiable », résume un ancien ministre socialiste.

Jetons et rebonds

Devenue directrice de l’investissement d’Air France, puis responsable du court et moyen-courrier, la petite souris socialiste montre qu’elle a un bel appétit. Lors de son départ d’Air France, en 2014, elle perçoit plus de 675 000 euros de salaires et d’indemnités de départ. Ça passe mal dans un groupe qui multiplie les plans sociaux, d’autant que Florence Parly, dont le bilan est mitigé, a touché plus de 70 000 euros de jetons de présence de groupes comme Altran ou Ingenico cette année-là et n’est nullement à la rue […]

Elle n’aime pas cette mauvaise pub ; la lumière, ce n’est jamais bon. Elle fait le gros dos, la joue discrète, as usual, et se recase à la SNCF un mois plus tard.

Il faut dire que Parly n’est pas dépourvue de capacités de rebond. Son mari, Martin Vial, ancien, lui aussi, de chez Quilès dans les années 90, a dirigé La Poste et est aujourd’hui à la tête de l’Agence des participations de l’Etat (APE). C’est lui le bras armé de l’Etat actionnaire vis-à-vis d’entreprises comme Renault ou EDF. « C’est indéniablement un couple qui s’épaule, un couple business », confie un haut fonctionnaire qui les connaît bien.

[…]

Pour être heureux, vivons cachés

Quand Sylvie Goulard doit être exfiltrée en raison de son implication dans l’affaire des assistants parlementaires du MoDem, c’est elle qui la remplace aux Armées. Elle propose un successeur au général de Villiers, il est retoqué. Ça t’apprendra à ouvrir ton bec.

Elle roule un peu les mécaniques devant les galonnés, expliquant qu’elle a obtenu 26 milliards de plus pour les armées depuis le début du quinquennat : « historique ». « Les 26 milliards, c’est Macron, car le poids politique de Parly est nul », tranche un député LR-EM. Elle évite à merveille les sujets qui fâchent. […]


Anne-Sophie Mercier. Le Canard Enchainé. (Extraits) 16/03/2022


Une réflexion sur “C’est la petite souris du gouvernement.

  1. jjbadeigtsorangefr 21/03/2022 / 17:01

    Une socialiste de plus au service du grand capital et de la macronie…………..

Laisser un commentaire