Moi, moi, et moi…

« Essayer de stopper cette guerre sans faire la guerre ». C’est ce à quoi Macron président a dit, lundi soir sur TF1, s’efforcer de parvenir.

A en juger par la façon dont la guerre en question, chaque jour plus meurtrière, semble partie pour durer, et par ce que le même Macron dit des intentions de Poutine, l’affaire n’est pas gagnée.

Elle s’annonce, en tout cas, autrement plus compliquée qu’une autre gageure que Macron candidat s’efforce de mener en même temps : essayer de continuer à dominer la campagne sans faire campagne. Ou, à tout le moins, comme il l’a encore fait sur TF1, sans croiser le fer avec ses adversaires. Ni même les croiser tout court sur le plateau, où chacun est intervenu seul et à distance.

Cette guerre en Ukraine persistant à écraser sans distinction, comme les chenilles d’un char russe, tous les autres sujets, y compris ceux chers au discours de ses adversaires, Macron ne se prive pas d’arguer de ses tentatives d’y mettre fin pour se justifier de son esquive du débat.

Il évoque également le grand nombre de ses concurrents dans la course à l’Elysée, et fait rappeler qu’en leur temps ses prédécesseurs n’avaient pas non plus débattu avant le premier tour avec les leurs.

Le fait d’être à 30 % dans les sondages et à 10 points au-dessus de Le Pen, sa première poursuivante, n’incite pas non plus le fier de lance à aller risquer de prendre des coups qu’il peut éviter.

Mais pareille avance rend quelques-uns de ses soutiens, pas les plus malins, très prompts à prendre un arrogant melon

Lesquels ânonnent que, du haut de ses fonctions de chef de guerre et d’Etat, le Président n’a pas de temps à perdre à « s’abaisser » àaffronter des adversaires ne boxant pas dans la même catégorie que lui.

Une suffisance qui risque, même si Macron martèle à ses troupes de s’en garder, de lui être reprochée par plus d’un électeur. Et de faire resurgir l’aspect Jupiter dont il a eu tant de mal à se défaire. Ou la désagréable impression d’une élection trop gagnée d’avance.


Édito Emptaz. Le Canard Enchainé du 16 mars 2022 (Extraits)


Une réflexion sur “Moi, moi, et moi…

  1. Pat 20/03/2022 / 18:59

    Pour ma part, je trouve l’étalage de son programme assez clair sans qu’il ne soit besoin de plus de débats frontaux pour entendre des candidats se chamailler et être inaudibles. Je dirais même que la précision de ses annonces pourraient lui porter ombrage…

Laisser un commentaire