Vieille lettre et l’actu

Déjà, Hugo parlait de Kiev (ou presque)…

Un siècle et demi plus tard, rien n’a changé : les mots de Victor Hugo sonnent toujours juste. Janvier 1863.

Insurrection polonaise contre la Russie, laquelle occupe le territoire polonais depuis que trois partages successifs (entre les empires russe, allemand et austro-hongrois) l’ont rayé de la carte.

Dès février, Hugo adresse ce texte aux soldats russes. Remplacer seulement les mots « Pologne » par « Ukraine » et « Varsovie » par « Kiev », et c’est d’aujourd’hui :

« Soldats russes, redevenez des hommes.
Cette gloire vous est offerte en ce moment, saisissez-la.
Pendant qu’il en est temps encore, écoutez :  
Si vous continuez cette guerre sauvage ; si, vous, officiers, qui êtes de nobles cœurs, mais qu’un caprice peut dégrader et jeter en Sibérie ; si, vous, soldats, serfs hier, esclaves aujourd’hui, violemment arrachés à vos mères, à vos fiancées, à vos familles, sujets du knout, maltraités, mal nourris, condamnés pour de longues années et pour un temps indéfini au service militaire, plus dur en Russie que le bagne ailleurs ; si, vous, qui êtes des victimes, vous prenez parti contre les victimes ; si, à l’heure sainte où [l’Ukraine] vénérable se dresse, à l’heure suprême où le choix vous est donné entre Pétersbourg où est le tyran et [Kiev] où est la liberté ; si, dans ce conflit décisif, vous méconnaissez votre devoir, votre devoir unique, la fraternité ; si vous faites cause commune contre les [Ukrainiens] avec le czar, leur bourreau et le vôtre ; si, opprimés, vous n’avez tiré de l’oppression d’autre leçon que de soutenir l’oppresseur ; si de votre malheur vous faites votre honte ; si, vous qui avez l’épée à la main, vous mettez au service du despotisme, monstre lourd et faible qui vous écrase tous, Russes aussi bien que [Ukrainiens], votre force aveugle et dupe ; si, au lieu de vous retourner et de faire face au boucher des nations, vous accablez lâchement, sous la supériorité des armes et du nombre, ces héroïques populations désespérées, réclamant le premier des droits, le droit à la patrie ; si, en plein XIXᵉ siècle, vous consommez l’assassinat de [l’Ukraine], si vous faites cela, sachez-le, hommes de l’armée russe, ,(…) vous soulèverez l’exécration du monde civilisé !
Les crimes de la force sont et restent des crimes ; l’horreur publique est une pénalité.
Soldats russes, inspirez-vous des [Ukrainiens], ne les combattez pas.
Ce que vous avez devant vous en [Ukraine], ce n’est pas l’ennemi, c’est l’exemple. »

Victor Hugo,
(Hauteville House. Février 1863.)


Article non signé lu dans Le Canard Enchainé – 16/03/2022


4 réflexions sur “Vieille lettre et l’actu

  1. anne35blog 17/03/2022 / 08:17

    Génial ! pas un mot n’est à changer ! bonne journée !

    • luc nemeth 19/03/2022 / 17:16

      Hélas la bourgeoisie salit tout ce qu’elle touche, et même l’Académie Française n’est plus ce qu’elle était…
      Cette vieille dame, qui avait élu en son sein Hugo dont un vers mériterait déjà à lui seul de passer à la postérité (« Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent« ) a en 2021 élu au fauteuil n° 32 le mangeur-de-petit-fours Pascal Ory, auteur d’une des phrases les plus ignobles de la langue française : « Vive Hiroshima ! Qui m’a déjà évité une ou deux guerres mondiales« .

      Hugo avait bien vu : il y a vraiment des misérables

  2. jjbadeigtsorangefr 17/03/2022 / 09:27

    Merveille de tous les temps, cette harangue de l’immense Victor Hugo devrait inspirer les hommes à qui l’on donne un fusil. Pourquoi faire ?
    La lutte pour la paix et la fraternité entre tous les hommes reste d’actualité.
    Guerre à la guerre criait Henri Barbusse en pleine guerre de 14/18, mais la bourgeoisie avait convaincu qu’il n’y avait que ça à faire.
    Les marchands de canons en ont bien profité…

  3. luc 21/03/2022 / 13:52

    C’est à propos de la Pologne qu’une phrase plus ancienne encore (datant de 1831 et attribuée au général Sebastiani) fut prononcée, et qui à propos de l’Ukraine ne serait pas faite pour déplaire à Poutine :
    « L’ordre règne à Varsovie »

Laisser un commentaire