Macron: de président à candidat, même veste !

« Bien sûr, je ne pourrai pas mener campagne comme je l’aurais souhaité en raison du contexte. Mais avec clarté et engagement j’expliquerai notre projet, notre volonté de continuer à faire avancer notre pays avec chacun d’entre vous ».

Un aveu de campagne éclair qui conclut la « Lettre aux Français » d’Emmanuel Macron, publiée le 3 mars 2022 dans la presse régionale et dans laquelle il officialise sa candidature.

Une déclaration certes obligatoire, pour que le Conseil constitutionnel valide ses parrainages, mais qui a pris la forme d’une sorte de minimum syndical, compte tenu du contexte international. À moins de quarante jours du premier tour, le président sortant entre certes en campagne, mais sans vraiment aller à la confrontation avec ses adversaires, comme s’il planait encore au-dessus des clivages.

Sa lettre, d’ailleurs, ne mentionne jamais ses concurrents, mais simplement le « moment électoral qui s’ouvre » (comme s’il avait fallu attendre sa déclaration de candidature pour que la campagne commence). Il faut lire entre les lignes pour déceler un tacle à ceux qu’il a tout intérêt à retrouver au second tour : Éric Zemmour ou Marine Le Pen.

« L’enjeu est de bâtir la France de nos enfants, pas de ressasser la France de notre enfance », écrit-il à leur adresse, fustigeant ceux qui « choisissent le repli ou cultivent la nostalgie ». « La rhétorique du mouvement pour le mouvement, de la transformation, du regard vers l’avenir est fondamentale dans le discours macronien », relève le linguiste Damon Mayaffre.

Même si Emmanuel Macron s’efforce de ne pas utiliser de marqueurs trop politiques dans sa lettre, pour garder une stature de rassembleur, le contenu de sa déclaration ne laisse planer aucun doute sur la tonalité d’un éventuel second mandat. Si vous avez aimé « Macron I », vous adorerez « Macron II » car ce sera exactement la même chose.

Après le « travailler plus pour gagner plus » de Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron invente le « travailler plus pour ne pas avoir moins » : « Il n’y a pas d’indépendance sans force économique. Il nous faudra donc travailler plus et poursuivre la baisse des impôts pesant sur le travail et la production. C’est à la condition de cette reconquête productive par le travail que nous pourrons préserver et même améliorer ce modèle social auquel nous tenons tant et qui a fait ses preuves. » Rogner sur le modèle social pour le préserver, tout un concept : le candidat confirme, de fait, sa volonté de reprendre la réforme des retraites.


Cyprien Caddeo – Source (extraits)


2 réflexions sur “Macron: de président à candidat, même veste !

  1. bernarddominik 07/03/2022 / 09:25

    Macron c’est la baisse de moitié de l’industrie. La vente pour 582 millions d’Alsthom énergie la perte de ses filiales anglo saxones et malgré ceux son rachat pour 1,2 milliards, c’est l’accord sur le prix de l’électricité avec Merkel permettant de faire payer aux français l’abandon du nucléaire en Allemagne, Macron c’est encore l’oleoduc acheté 31 millions à Bolloré alors qu’il appartient à l’état, Macron c’est la réforme des retraites soit disant pour supprimer les privilèges et qui commence par en attribuer de nouveau, Macron c’est une baisse sans précédent du pouvoir d’achat des retraités, Macron ce sont des prebendes accordées à des gens sans compétence, Macron c’est l’homme qui dit « c’est comme ça parce que c’est mon bon vouloir ». Macron c’est le roi, pour sauver les grands principes de la révolution il faut s’en débarrasser

    • jjbadeigtsorangefr 07/03/2022 / 18:58

      Le meilleur moyen de s’en débarrasser c’est de voter Roussel seul porteur d’un programme qui tourne le dos au règne du fric, qui donne au pays les moyens de financer les nécessaires réformes donnant du sens au mot HUMAIN.

Laisser un commentaire