Une autre paire de manches

Expression !

Au cours de leur partie de campagne, le jeune empereur du Guillaume, de Dole et ses compagnons vont d’abord faire quelques galipettes dans la nature :

Quand ils furent levés vers tierce (vers neuf heures)
par le bois vont joer grant pièce (un long moment)
toz deschaus(nu-pieds), manches descousues.

Puis ils font leur toilette dans les fontaines des prés, parmi les fleurettes, en compagnie des demoiselles avant le déjeuner :

Ainçois (avant) qu’il cousissent lor manches,
levent (lavent) lor oils et lor beaus vis (visage)
Les puceles, ce m’est avis,lor atornent (préparent) fil de filieres (pelotes)
qu’eles ont en lor aumosnieres.

(Incidemment, comme ils n’ont rién pour s’essuyer :

As dames, en lieu de touaille (serviettes)
 empruntent lor blanches chemises;
per cest ochoison (occasion) si ont mises
lor mains a mainte blanche cuisse.

— c’est un détail.)

Autre exemple, Pygmalion parant amoureusement son amie pour leurs noces, dans le Roman de la Rose :

D’une aguille bien afilee

d’or fin, de fil d’or anfilee,

li a, por mieuz estre vestues,

ses deux manches entrait (Etroit) cousues.

Cette méthode vestimentaire avait un grand avantage : on pouvait changer les manches sans changer l’habit. On pouvait aussi les échanger, et il arrivait, dit-on, que les amoureux s’offrent mutuellement leurs manches en gage de bonne amitié.

La mode se continua quand les hommes portèrent des pourpoints aux manches très larges qui servaient de poches où l’on mettait mouchoirs, bourses et autres menus objets, on peut même y avoir quelqu’un ! On met quelqu’un dans sa manche comme plus tard on le mettra dans sa poche.

Toujours est-il que les élégants gardèrent longtemps dans un aiguillier pendu à leur ceinture le fil et les aiguillés nécessaires à la mobilité de cet élément de leur parure. Or, des manches nouvelles fixées à un même habit peuvent par leur ampleur, leur couleur, etc., le modifier complètement.

Il est naturel que l’on ait donné « une autre paire de manches » comme l’image de, quelque chose de complètement différent. « On dit à ceux qui font quelque nouvelle proposition, c’est une autre paire de manches », dit Furetière.

En tout cas, si la manche revenait à la mode, avec la commodité actuelle des boutons-pression, on pourrait facilement rafraîchir la formule !


Claude Duneton. « La puce à l’oreille ».


Laisser un commentaire