« L’école doit accueillir la diversité »

En 2020, Fouad, une lycéenne trans de 17 ans, se suicide.

Sous le choc, nombre d’enseignants réclament d’être formés pour mieux accompagner ces élèves. Mais les moyens manquent.

Septembre 2021, dans un lycée de huit cents élèves en Normandie. La salle des profs est sous le choc : six élèves ont fait savoir qu’ils étaient transgenres. Du jamais-vu. « Il y avait eu le cas l’année d’avant, un jeune trans, désormais déscolarisé. Mais cette fois c’était panique à bord, confie Stéphanie (1), une enseignante. « Alors mes collègues se sont tournés vers moi. Tous savent que sa fille a fait son coming out il y a deux ans. Que désormais reconnu dans un autre lycée comme étant de genre masculin, « il » poursuit un parcours de transition. « Ils ignoraient tout de la transidentité et ce qu’ils étaient censés faire, ils m’ont pressée de questions… »

«L’embarras, c’est le sentiment qui domine au sein du corps enseignant. Tout s’est accéléré tellement vite », pointe le sociologue Arnaud Alessandrin (2). Un premier grand tournant a eu lieu en 2018, lorsqu’une série d’agressions sur des adultes trans a fait la une des médias. « Une parole s’est libérée, des mineurs se sont autorisés à témoigner de la transphobie qu’ils subissaient dans leurs collèges et lycées respectifs. »

C’est le suicide, en décembre 2020 à Lille, de Fouad, transgenre de 17 ans, et la polémique qui l’accompagne (venue en classe en jupe, elle aurait eu un vif échange avec la direction), qui met sous pression le monde de l’éducation.

Comment répondre aux demandes de ces élèves?

 « Nombre d’établissements ont sollicité les rectorats, qui se sont tournés vers le ministère, lequel ne pouvait rester silencieux. » Le 30 septembre 2021, une circulaire adressée aux personnels du premier et du second degré indique « les règles à suivre pour prendre en compte les élèves transgenres ».

Constatant que les autorités de santé ne tiennent plus la transidentité « comme un trouble psychiatrique ou une pathologie » et rappelant que « l’École se doit d’accueillir tous les élèves dans leur diversité », elle énumère une série de principes généraux mais aussi de consignes concrètes. Par exemple, veiller à ce que la façon de s’habiller des jeunes trans « ne soit pas remise en cause ou moquée ». Et les autoriser « à utiliser les toilettes et vestiaires conformes à leur identité de genre, en veillant à accompagner la situation ».

Pour les élèves concernés, c’est un soulagement : l’institution les reconnaît officiellement. Ainsi qu’une source d’angoisse : la circulaire précise que le changement de prénom ne peut être aménagé « sans l’accord des représentants légaux. L’exercice de l’autorité parentale, qui recouvre un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l’intérêt de l’enfant, ne saurait être remis en cause ».

Or nombre de jeunes « sont paniqués à l’idée que leurs parents apprennent qu’ils sont trans », affirme Stéphanie. « Sur les six élèves qui se sont déclarés à la rentrée dans mon établissement, deux ont fait leur coming out chez eux. Les autres sont coincés dans une identité qu’ils ne veulent plus… » Jusque-là, l’absence de règles offrait de la latitude aux équipes éducatives, qui s’autorisaient à nommer ces élèves comme ils le souhaitent, ce n’est plus le cas.

Encore heureux que les parents aient leur mot à dire, s’époumonent les uns. Les enseignants sont placés dans une situation impossible, contraints de nommer tel élève par son prénom de naissance alors que tous ses camarades ont adopté son prénom choisi, s’emportent les autres. Un point de crispation majeur, donc.

[…]


Marc Belpois  – Télérama. N°3759 – 26/01/2022 – Extraits


  1. Le prénom a été changé.
  2. Auteur de Déprivilégier le genre (éd. Double ponctuation, 2021).

Une réflexion sur “« L’école doit accueillir la diversité »

  1. bernarddominik 26/01/2022 / 08:25

    Une triste histoire, il est difficile de faire changer les mentalités en quelques années.
    Les enfants sont moins compréhensifs que les adultes, eux-mêmes pas toujours capables d’appréhender ce type de situation.

Laisser un commentaire