Le désespoir de la vieille

La petite vieille ratatinée se sentit toute réjouie en voyant ce joli enfant à qui chacun faisait fête, à qui tout le monde voulait plaire; ce joli être, si fragile comme elle, la petite vieille, et, comme elle aussi, sans dents et sans cheveux.

Et elle s’approcha de lui, voulant lui faire des risettes et des mines agréables.

Mais l’enfant épouvanté se débattait sous les caresses de la bonne femme décrépite, et remplissait la maison de ses glapissements.

Alors la bonne vieille se retira dans sa solitude éternelle, et elle pleurait dans un coin, se disant; — « Ah! pour nous, malheureuses vieilles femelles, l’âge est passé de plaire, même aux innocents; et nous faisons horreur aux petits enfants que nous voulons aimer ! »


Charles Baudelaire « Spleen de Paris »


3 réflexions sur “Le désespoir de la vieille

  1. marie 25/01/2022 / 11:02

    Bonjour Michel, c’est très beau et il a renouvelé en moi le souvenir des jumelles qui, petites, hurlaient quand mon père, donc leur arrière-grand-père essayait de les approcher, cela le rendait très triste
    Amicalement
    MTH

  2. Jeanne Glaude 26/01/2022 / 14:53

    Bonjour Michel,
    Hélas triste vérité, j’ai des petits enfants qui me regardent parfois avec des yeux curieux.
    Mais, c’est la vie à 90 ans je n’ai rien pour plaire, mais je suis morte rire
    Amitiés.

    • Libres jugements 26/01/2022 / 15:37

      Bonjour Jeanne et merci pour ton commentaire.
      Avec mes 81 ans en avril, je ne peux que conforter ton commentaire.
      En tout cas j’espère que la COVID n’a pas fait de dégâts dans ton entourage
      Très amicalement
      Michel

Laisser un commentaire