Mr «Mensonges»

Martin Luther King avait un rêve, Donald Trump persévère dans le songe, le mensonge, le « gros mensonge » (« big lie », disent les démocrates).

Notamment sur sa défaite de 2020, jamais reconnue, qu’il maquille en réélection « volée » au terme d’un scrutin forcément « truqué »… il ment, dément, romance à perte de vue. Lors d’un meeting en Arizona, ce 15 janvier, il a prétendu revoir la foule présente lors de son investiture, en 2017 : « la plus grande audience », s’étendant  « plus loin que ce que l’oeil peut voir ».

Après avoir annulé au dernier moment une conférence de presse prévue le 6 janvier, il a préféré haranguer cette foule tout acquise : « On en a marre que les politiciens de Washing­ton contrôlent nos vies. On en a marre des obligations. » Deux jours plus tôt, il se déclarait pourtant favorable au vaccin, qui doit rester « un choix individuel », tout en se disant « contre l’obligation vaccinale ».

Résultat : 60 % des non-vaccinés aux Etats-Unis sont des républicains, et 17 % seulement des démocrates. Une courbe à superposer avec celle des 30 % d’Américains qui croient toujours dur comme fer que l’élection de 2020 a bel et bien été « volée »…

Le président déchu a continué de prêcher dans le désert d’Arizona face aux drapeaux « Trump 2020 » et « Trump 2024 » : « Nous avons gagné les élections. Nous avons largement gagné. » Il ressasse sans fin sa défaite, par un raisonnement à l’irréel du passé qui relève de l’autosuggestion : « Si une élection avait lieu aujourd’hui, nous les aurions battus à plates coutures… comme nous l’avons fait le 3 novembre. Nous les avons battus. » Et, si sa tante en avait, il serait le tsar de toutes les Russies ?

Malgré la commission d’enquête du Congrès qui pousse les feux, Trump continue effrontément de nier toute responsabilité dans la mise à sac du Capitole, le 6 janvier 2021, à laquelle il a pourtant incité ses partisans par un discours incendiaire.

Avant de s’enfermer à la Maison-Blanche pour mieux contempler, fasciné, l’effet de son speech : « Néron regarde Rome brûler à la télévision », résumait « Le Monde » (4/1).

En mangeant des hamburgers !


Article signé des initiales J. C. – Le Canard enchainé – 19/01/2022


Une réflexion sur “Mr «Mensonges»

  1. jjbadeigtsorangefr 22/01/2022 / 23:47

    Un niveau de connerie tel qu’il est impossible de l’atteindre naturellement.
    Pour y arriver il faut avoir été malmené et s’astreindre une discipline de fer pour grandir dans l’échelle de la connerie.
    Peu de personnes y arrivent, mais on en a aussi en France qui se véhicule dans le Catho fascisme ………………

Laisser un commentaire