Mes dividendes d’abord.

On va finir par ne plus avoir envie de faire ses courses chez Carrefour.

Ou d’ouvrir un compte à la BNP. Ou de s’acheter des produits de beauté chez L’Oréal. Et de fréquenter bien d’autres grandes enseignes françaises. Lesquelles viennent de se livrer à un petit jeu tout ce qu’il y a de plus légal, de plus admirable du point de vue de la Bourse, du capitalisme triomphant, du libre marché et d’Adam Smith.

Prenons Carrefour. Le plus gros employeur privé français. Dont les 100 000 salariés neroulent pas sur l’or. Au point que nombre d’entre eux ont faitgrève, entre le 18 et le 24 décembre, pour réclamer des augmentations. Eh bien, cette année, Carrefour a dépensé 700 millions pour acheter ses propres actions en Bourse. Et les jeter illico à la poubelle. Dans le jargon, on dit qu’on les « annule ».

Mais pas pour tout le monde. Car détruire ses propres actions entraîne mécaniquement ceci : comme il en reste moins, les dividendes versés aux actionnaires seront plus élevés. Ainsi que l’explique bien « Le Monde » (25/12) : « Lorsqu’une entreprise verse des dividendes, elle donne une part du gâteau à ses actionnaires ; quand elle rachète ses titres, le gâteau reste intact, mais il y a moins de convives autour de la table. »

Cette manip n’est donc rien d’autre qu’un joli cadeau aux actionnaires de Carrefour, tout réjouis de constater que, pendant qu’ils dorment, leur argent travaille de mieux en mieux (et les salariés de Carrefour n’ont qu’à se brosser). BNP Paribas a fait plus fort encore, en rachetant pour 900 millions d’actions. En tout, c’est pas moins de 16 milliards que les grosses boîtes françaises ont ainsi claqué cette année.

Pourquoi ce feu d’artifice d’actions réduites à néant ? Parce que l’année 2021 a été bonne pour les affaires. Il y a trop de « liquidités » dans les caisses. Faut bien en faire quelque chose, de ce pognon. L’investir ? Où ça ? Rien de bien rentable dans le coin.

Alors on rachète ses actions. On soigne aux petits oignons ses actionnaires. Lesquels ont déjà touché 52 milliards de dividendes cette année. Somme qui, rappelle « Le Monde » (25/12), a suscité ce commentaire de Mélenchon : avec ça, « je vous mets 1 million de personnes au travail à 2 000 euros par mois pendant des années ». Il est fou ! C’est un gauchiste ! Se servir de ces milliards de bénef pour mieux rétribuer le travail, ou même contre le réchauffement, ou pour la biodiversité ? Pur délire.

Petit rappel opportun du « Monde » : ces rachats et destructions d’actions ont beau avoir lieu chaque année, et ne susciter aucune réaction de nos gouvernants (qui regardent ailleurs en sifflotant), cela n’empêche pas les entreprises concernées d’appeler l’Etat à l’aide le jour où surgit une crise (subprimes, coronavirus).

Là, tout à coup, elles s’aperçoivent qu’elles manquent de fonds propres et réclament des milliards piochés dans les caisses publiques. Ah, l’inventivité du capitalisme. Sa créativité. Sa fameuse « destruction créatrice », grâce à laquelle tout va de l’avant.

Champagne !


Article signé des initiales J.-L. P. – Le Canard Enchaîné. 29/12/2021


3 réflexions sur “Mes dividendes d’abord.

  1. bernarddominik 14/01/2022 / 09:29

    Oui c’est du capitalisme pur et dur, ça permet de rendre l’action plus chère et d’augmenter le dividende. BNPP n’a pu distribuer ses dividendes en 2020 en plus ne distribuant qu’un tiers des profits le reste fait un beau pactole.
    Les PDG du cac 40 ont des primes indexées sur le cours de l’action et sont en général de gros actionnaires, pour eux tout est bénef.
    Mais pour reparler de BNPP elle a en caisse quelques dizaines de milliards pour racheter un concurrent, et quand Sarkozy lui a prêté 500 millions elle avait 70 milliards en caisse… vous avez compris le jeu est pipé.

  2. jjbadeigtsorangefr 14/01/2022 / 10:52

    Ce Monopoly ne doit rien au hasard, les dés ne sont jamais jetés, ils sont posés comme les veulent les maîtres du jeu.
    Ce système ne survit que par la destruction du capital pourtant constitué par les richesses créées pas les travailleurs à qui on ne donnera rien.

    Le ruissellement n’existe pas.
    Debout les spoliés de la terre……………..

  3. Danielle ROLLAT 14/01/2022 / 21:55

    « Aux Armes Citoyens.. »

Laisser un commentaire