Élevage industriel = Pollution de Nitrate !

Eau et rivières de Bretagne (eau-et-rivieres.org) est une association amie et ses responsables le savent bien. J’ai participé avec un vif plaisir, en 2019, à l’assemblée qui marquait son 50ᵉ anniversaire, en effet, cela fait (plus de) cinquante années que des braves, emmenés au départ par mon vieil ami Jean-Claude Pierre, se sont lancés dans l’aventure.

Tout à la fois gardiens et protecteurs des eaux, ils ont accumulé une masse sans égale en France d’informations, et d’actions. Mais cela n’interdit pas les questions.

La preuve instantanée par le pompeux cornichon (1) appelé « 7e programme d’actions nitrates (PAN) ». Si c’est le septième, c’est donc qu’il en a déjà existé six, depuis qu’en 1991 une directive européenne a enjoint aux États membres d’agir.

Pourquoi ?

D’abord quelques informations de base. Les nitrates sont l’une des formes chimiques de l’azote, et à ce titre, indispensables à la croissance des végétaux. Très grossièrement, dans les conditions naturelles, une sorte d’équilibre s’établit entre la production de nitrates par l’action sur l’azote d’une flore bactérienne et les besoins des plantes. La concentration dans l’eau est alors très faible, voire inexistante.

L’agriculture industrielle a tout bouleversé, à cause des engrais azotés d’une part, et de l’élevage de masse d’autre part. En 1909, le chimiste allemand Haber réussit la prouesse de synthétiser de l’ammoniac à partir de l’azote de l’air, ouvrant la voie à une révolution.

Car l’ammoniac est la matière première de ces engrais chimiques, qui ont certes dopé les rendements, mais en polluant gravement les sols et les eaux par une surproduction de nitrates. L’élevage a fait le reste, lisier et fumier contenant eux aussi de grandes quantités de nitrates, épandus ensuite sur des cultures qui ne peuvent les absorber.

Le résultat est connu de longue date, dont l’effet le plus visible, mais non le seul, de loin, est la prolifération d’algues le long des côtes, qu’on appelle des « marées vertes ». On ne peut pas dire que nos autorités n’ont pas été prévenues.

Dès 1970, le Pr Jean-Claude Lefeuvre, grand spécialiste de l’eau, constate dans la Vilaine (un fleuve) une concentration de 10 mg de nitrates par litre d’eau. Peu, mais trop. Il comprend aussitôt le lien avec les bouleversements agricoles en cours, et fait son devoir. Il alerte, prévient que le phénomène ne peut que s’aggraver et touchera tous les cours d’eau.

Le directeur régional de l’agriculture, les directeurs départementaux de l’agriculture, tous ingénieurs du génie rural – comme notre actuel ministre de l’Agriculture – lui rient au nez.

Pendant les cinquante années qui ont suivi, la concentration de nitrates a explosé (dépassant par endroits la limite fatidique de 50 mg par litre d’eau (2)), obligeant à fermer des captages pour l’eau potable, imposant aux Bretons d’acheter massivement de l’eau en bouteille.

Et le mal s’est répandu d’un bout à l’autre de la France. Les « zones vulnérables » (polluées et menacées) couvrent désormais 68 % de la surface agricole dite utile. Un profond désastre.

Même l’officielle Autorité environnementale, pourtant présidée par un ingénieur des Mines, constate que le 7e PAN évoqué plus haut ne servira à rien, alors même que le plan précédent n’a pas été évalué et que « son efficacité sur la pollution par les nitrates n’a pas été démontrée ».

Pis, les rares changements ne visent qu’à « limiter les contraintes pour les agriculteurs (3) ». Le texte ne dit pas pourquoi, mais Charlie, si : parce que Macron veut gagner l’élection présidentielle.

En clair, aucun gouvernement depuis un demi-siècle, y compris ceux auxquels participaient des « zécologistes » médaillés, n’aura agi contre la peste agricole industrielle. Ce qui fait réfléchir, et ramène droit à Eau et rivières, qui vient une fois de plus de jouer le jeu en participant à la énième et fallacieuse concertation publique sur le sujet.


Fabrice Nicolino – Charlie hebdo. 15/12/2021


  1. Sont ainsi appelées par Noël Godin, « terroriste pâtissier », une série de nullités médiatiques par lui entartées : frwikipedia.org/wiki/No%C3%ABLGodin
  2. Passé ce point, on n’a plus le droit de l’utiliser, même pour « fabriquer » de l’eau potable.
  3. www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/IMG/ pdf/211118 7e_pan_delibere_cle7be4fd.pdf

2 réflexions sur “Élevage industriel = Pollution de Nitrate !

  1. bernarddominik 24/12/2021 / 14:52

    La qualité de l’eau est un problème très préoccupant, toutes les régions de France sont concernées.
    Les diverses taxes sur l’eau augmentent, la dernière gemapi créée par Macron, mais tous ces organismes grassement payés observent, regardent, observent… mais ne font rien.
    Comme d’habitude en France on crée des observatoires et l’on ne fait rien.
    Ça crée de nouvelles prébendes, mais ça ne résout rien.
    Oui, il faut reléguer les énarques ces êtres nuisibles.

  2. jjbadeigtsorangefr 25/12/2021 / 18:35

    C’est toujours la même loi du fric qui présides aux mesures que l’on doit prendre. L’écologie n’y échappe pas et tant que ce système perdurera on bouffera des algues vertes et du cochon de mauvaise qualité.

Laisser un commentaire