La grande illusion…

… de Macron paré de son arrogance coutumière, envers sa volonté de défendre l’industrie armurière française en prétendant vendre des armes aux armées européennes !

L’une des missions auxquelles Macron veut s’atteler est de convaincre ses 26 partenaires de s’équiper en armes produites sur le Vieux Continent. Alors que la plupart d’entre eux « se fichent royalement des propositions françaises en ce domaine », selon l’expression désabusée d’un diplomate. Et pour cause : ces Européens pas tranquilles préféreront toujours s’abriter sous le « parapluie américain » face aux méchants Russes.

Avec un certain culot et un brin d’arrogance, le chef de l’Etat croit pourtant encore possible l’avènement de cette Europe de la défense dont on nous rebat les oreilles, sans grande conviction, lors des réunions communes à Bruxelles.

L’Elysée et les ministres concernés ont récemment reçu plusieurs rapports en provenance des commissions parlementaires spécialisées (défense et affaires étrangères). Leur contenu n’est pas rassurant : tous les projets d’armements destinés à être conçus en Europe sont en attente dans de profonds tiroirs ou en difficulté, faute de crédits.

Comme c’est leur rôle, ces élus ont transmis au Président les informations recueillies auprès des chefs militaires et des experts en armement. Mais Macron, ses conseillers et ses ministres ont-ils lu ces documents ? Rien n’est moins sûr…

Autre constat prouvant que l’Europe de la défense est vraiment mal partie : la plupart des Etats membres de l’Union ont augmenté leurs dépenses militaires mais considérablement réduit la (petite) part réservée à la coopération entre Etats sur ce point.

Quatre projets de rêve

  1. La conception d’un avion du futur (capable de voler et de combattre en 2040) est un projet franco-allemand auquel l’Espagne a fini par s’associer. La question de la répartition des responsabilités industrielles de chacun n’est toujours pas résolue. Et, à Berlin, certains partisans acharnés de l’Otan préféreraient acheter le très onéreux avion F-35 américain plutôt que de dépenser 1 euro pour un appareil dont Dassault serait l’un des maîtres d’oeuvre.

Vacherie suprême de la « perfide Albion » : la Grande-Bretagne veut convaincre l’Italie et la Suède de la rejoindre, afin de préparer à trois leur prochain avion de combat.

  • Un futur char destiné à remplacer le Leclerc français et le Leopard allemand figure aussi au menu de ce rêve européen. Ce monstre serait disponible en 2040, mais de sombres bagarres opposent toujours industriels français et allemands. A tel point que ce blindé n’existe encore qu’en maquette.
  • Troisième projet franco-allemand ?
  • Une version modernisée de l’hélicoptère Tigre d’attaque au sol. Manque de chance, les grands chefs de la Bundeswehr veulent plutôt acheter l’hélico américain Apache.
  • Enfin, un futur drone européen est au programme de cette Europe de la défense mythique. La France et l’Italie sont supposées préparer la réalisation de cet engin, dont l’envergure serait comparable à celle du biréacteur civil Airbus A320. Là encore, les discussions sur le coût, le choix du turbopropulseur et le nombre d’éventuels clients européens traînent en longueur. Résultat : le risque existe que ces derniers se tournent vers un fournisseur américain.

Macron peut toujours rêver et chercher à convaincre ses partenaires européens… Washington, en dépit des apparences et des déclarations favorables de Joe Biden, ne veut pas de « son » Europe de la défense.


Claude Angeli. Le Canard Enchaîné. 15/12/2021


5 réflexions sur “La grande illusion…

  1. bernarddominik 17/12/2021 / 12:29

    L’Europe est une illusion.
    Les Polonais les Hongrois acceptent les subventions européennes, mais ne s’estiment pas engagés.
    Quant aux Allemands depuis des décennies, ils pratiquent l’hypocrisie et de toute façon s’estiment les seuls légitimes industriels, la France n’est que lieu de passage pour les vacances, d’ailleurs plus orientées vers la Croatie et les Baléares.

    • Libres jugements 17/12/2021 / 16:23

      Non Bernard, l’Europe aurait pu être autre chose qu’une illusion, encore fallait-il y concevoir une société différente.
      Une société exempte de communautarisme, d’individualisme, de prés gardés, surtout où les normes législatives et les lois sur le travail, la santé, la finance, soient harmonisées en tout point et respecté par chacun. mais bien évidemment une telle puissance financière et militaire Européenne constituée ne ferait – fait pas les affaires ni de l’Amérique, ni de la Russie, ni de la Chine ou des pays en voie de développement.
      Quoi qu’on puisse en penser il était normal à l’issue des deux guerres Mondiales et notamment entre la France, l’Allemagne, Angleterre, qu’une entente cordiale se fasse… le malheur est qu’elle se soit faite sur le dos d’abord et avant tout des salariés pour le plus grand bien de la finance.
      Ne tombons surtout pas, dans ce qui pourrait se ressembler à la lecture d’un Mein Kampf, porté par des zoulous mals embouchés.
      Cordialement
      Michel

  2. jjbadeigtsorangefr 18/12/2021 / 17:32

    C’est l’Europe du capital qui a triomphé avec la mise en concurrence des salariés la gloire aux profits et les délocalisations entre pays européens.
    Le reste n’est que palabres qui visent à ce que les peuples se concurrencent encore plus, se divisent, c’est mieux pour le gouverner………………

  3. Anne-Marie 18/12/2021 / 20:24

    Macron pourras toujours vendre ses armes au dépeceur d’Arabie saoudite pour massacrer au Yémen !

    • Libres jugements 19/12/2021 / 12:21

      Bonjour Anne-Marie merci pour ce commentaire
      Ben ouai… bien triste visée que ce commerce des armes françaises à l’internationale que la macronie (dernier descendant d’un e lignée liée à l’armement, essais de faire valoir.
      Le « temps des lumières » est bien révolu.
      Cordialement
      Michel

Laisser un commentaire