La destruction des services publiques…

Le malaise est grandissant tant parmi les agents du services publiques que par les usagers et cela ne va pas s’arranger… Ne croyez surtout pas qu’en supprimant les services publiques, en les remplaçant par des entreprises privées que les services seront meilleurs, ils seront surtout plus cher – il faut bien valoriser le capital et nourrir les actionnaires. MC

Fonction publique : Macron 1 – Fonctionnaires 0

Au cours de son quinquennat, Macron a réussi à finir de détruire ce qui avait dejà été entamé par plusieurs predecesseurs à la tête de la France, l’un des joyaux de notre pays : le service public.

Que ce soit dans la justice, la police, la santé ou l’enseignement, les seuls mots que l’on entend, c’est : baisse du niveau des jeunes recrues, surcharge de travail, perte de sens, souffrances, et suicides.

Rien. En échange de leur dévouement durant la pandémie, les fonctionnaires n’auront rien. Pas même un maintien de leur niveau de vie. L’an prochain, comme cette année, ce que l’on appelle dans le jargon de la fonction publique […]

En Ile-de-France, des policiers sous-qualifiés et en surpoids

  • « Il y a encore cinq ou six ans, on n’aurait pas pris en dessous de 9/20, depuis deux ans on descend à 7 ou 8/20. 12 c’est déjà très moyen, alors 7… C’est du niveau collège.  » ; « Sur l’orthographe, ça concerne deux ou trois candidats sur une classe de 35, mais quelquefois on est à la limite de la phonétique ». De quoi s’agit-il ? De témoignages de formateurs de policiers en Ile-de-France, atterrés par l’effondrement du niveau des jeunes recrues.
  • Autre témoignage : « Une part des stagiaires ne sait pas s’exprimer clairement. Ils perdent facilement leurs moyens et deviennent agressifs dans une discussion car ils n’ont pas le langage suffisant pour argumenter. »
  • Même du côté physique, ça pèche : « certains ont des performances en deçà de la moyenne d’un ado en classe de 6ème (…) On a de plus en plus de stagiaires en surpoids. Et quand on aborde les exercices de maîtrise d’un individu lors d’une interpellation, certains se mettent en danger par manque d’entraînement physique. Des contrôles peuvent déraper à cause de ça. »

 […]

Où sont les profs ?

Du côté des profs, inutile d’insister : l’effondrement du nombre de candidats aux concours est archi-connue.  […] Et l’Éducation nationale fait face à un problème inédit : les jeunes stagiaires, celles et ceux qui ont réussi le Capes ou l’agrégation et commencent à enseigner, sont nombreux à jeter la craie avant la fin de leur première année sur le terrain.

Les griefs sont connus : salaire de misère ; éloignement de leur région d’origine ; difficultés avec les élèves ; bureaucratie ; hiérarchie rigide… Et, du côté des quadragénaires, les démissions sont aussi orientées à la hausse : fatigue, absence de perspective de carrière ou salariale, problèmes de santé, etc.

Bon, je ne vais pas vous faire le tour de tous les métiers en souffrance de la fonction publique, auxquels seuls les crânes d’œufs surpayés de Bercy, qui suppriment des emplois d’enseignants ou d’infirmiers sans sourciller, semblent échapper, et encore ce n’est même pas sûr.

« Notre rentrée a commencé devant l’église Saint-Michel de Lille, lundi 30 août. Nous enterrions Charlotte, notre jeune collègue de 29 ans, qui s’est suicidée le 23 août. (…) Charlotte refusait de travailler de façon dégradée. À plusieurs reprises, au cours de l’année qui a précédé son décès, Charlotte a alerté ses collègues sur la souffrance que lui causait son travail. Comme beaucoup, elle a travaillé durant presque tous ses week-ends et ses vacances, mais cela n’a pas suffi. » Voici comment commence la tribune signée par 3 000 juges. Pour la première fois depuis très longtemps, magistrats, avocats et greffiers se sont rassemblés devant les tribunaux mercredi 15 décembre au cours d’une « mobilisation générale pour la justice ».  […]

La question est donc de savoir combien de suicides dans toutes les branches du service publique il faudra, pour que ce pays prenne conscience de l’effondrement de sa fonction publique, colonne vertébrale de la société.

Car, que ce soit Emmanuel Macron réélu ou Valérie Pécresse, Marine Le Pen élue, le massacre des policiers, juges, médecins, infirmières, enseignants, etc. n’est pas près de s’arrêter. […]


Jacques Littauer. Charlie hebdo Web. Source (extraits)


Une réflexion sur “La destruction des services publiques…

  1. jjbadeigtsorangefr 18/12/2021 / 18:06

    Les milliard sans compter aux entreprises sans contrôle de leur utilisation ne peuvent alimenter les services publics.
    En gros ce que se mettent dans la poche les ultra riche ne peut servir à financer la poste, l’hôpital, l’école…….

Laisser un commentaire