Les « wokes »…

(ces « éveillés » qui traquent les discriminations sexuelles, ethniques, coloniales, religieuses, etc.) ne connaissent pas de répit, aux États-Unis.

Leur dernière victime en date est la Women’s March (« marche des femmes »), pourtant tout ce qu’il y a de plus progressiste, née en 2017 à Washington pour protester contre l’investiture de Donald Trump.

Elle réunissait, le 1er décembre, de très nombreux manifestants contre l’ « interdiction de l’avortement dans le Mississippi » (« Le Point », 26/11). Pour financer l’événement, il était demandée aux sympathisants une participation de 14,92 dollars, « correspondant à la moyenne des dons reçus par l’organisation ».

La Women’s March a immédiatement été assaillie d’une multitude de courriels et de tweets s’indignant du montant de la somme demandée, 1492 étant la date de la « découverte » de l’Amérique par Christophe Colomb, dont les statues sont régulièrement déboulonnées.

L’association a illico posté un tweet d’autoflagellation pour ne pas avoir fait le « lien avec l’année de la colonisation, de la conquête et du génocide des peuples indigènes ».

Sortie d’affaires ?

Pas tout à fait. A peine le tweet de contrition avait-il été posté que des plaisantins faisaient remarquer sur les réseaux sociaux qu’il avait été envoyé à 19 h 33, faisant ainsi peu de cas des victimes du nazisme, qui s’est imposé à partir de 1933 en Allemagne.

On attend toujours un nouveau message d’excuse de la Women’s March.


Article signé des initiales H. M. – Le Canard Enchainé – 08/12/2021


Laisser un commentaire