L’école laïque et «un Dieu» !

Un sondage de l’IFOP pour la Licra vient confirmer l’emprise de la religion dans les crânes des élèves, […].

Tous les enseignants vous le diront, il suffit parfois d’un seul élève « dissipé » ou réfractaire pour foutre en l’air un cours.  […]. Mais les temps changent. Aujourd’hui, ce ne sont plus les cancres chahuteurs qui empoisonnent la vie des profs, mais les petits bigots en herbe qui veulent se faire plus pieux que leurs parents.

 L’enquête réalisée par l’Ifop pour la Licra, publiée à l’occasion de la toute nouvelle Journée nationale de la laïcité, le 9 décembre 2021, montre à quel point la religion est aujourd’hui l’un des principaux, sinon le principal élément perturbateur dans l’enceinte scolaire.

Et c’est encore plus vrai dans les établissements classés en « Réseau d’éducation prioritaire » (REP et REP+). Les résultats sont sans ambiguïté.

Il y apparaît que 55 % des lycéens ont déjà été confrontés à une forme d’expression ou d’exigence religieuse dans leur établissement. Et on monte jusqu’à 63 % dans les lycées « prioritaires ». 48 % rapportent avoir été témoin de contestations des contenus d’enseignements de la part des élèves.

Cela touche pratiquement tous les cours : enseignement moral et civique, éducation à la sexualité et à l’égalité filles-garçons, histoire-géographie, sciences de la vie et de la terre, lettres, philosophie, éducation physique et sportive, éducation artistique ou musicale…

Et une fois tout le monde sorti de la salle de classe, ça continue. Au nom de la religion, on refuse de donner la main à quelqu’un, de s’asseoir à la même table que lui à la cantine, de partager le même vestiaire, les mêmes toilettes, voire le même robinet quand il faut se laver les mains…

Si seulement un lycéen sur quatre soutient l’une ou l’autre de ces manifestations de séparatisme religieux, ils sont en revanche plus de la moitié à le faire dans les établissements « prioritaires ».

La faute aux parents ?

Sans doute, mais pas uniquement : 40 % des lycéens pensent que les normes et les règles imposées par la religion sont plus importantes que les lois de la République (et 65 % des lycéens de confession musulmane), contre 23 % des adultes… Voilà où nous en sommes.

 […]… dans les faits, tout montre que les enseignants sont seuls en première ligne face à l’offensive du « fait religieux » dans un endroit où il n’a rien à faire.  […]. Oui, l’Éducation nationale semble avoir abandonné sa mission. Pas par manque de moyens, mais par peur de « faire des vagues ». Le « mammouth », effrayé non par une souris, mais par une grenouille de bénitier.


Gérard Biard – Charlie Hebdo Web – Source (extraits)


3 réflexions sur “L’école laïque et «un Dieu» !

  1. Danielle ROLLAT 10/12/2021 / 17:07

    Du grain à moudre pour certains… « puisqu’on vous le dit »…

  2. bernarddominik 10/12/2021 / 18:11

    Oui, c’est très préoccupant.
    Mais, ce que la Licra ne dit pas, c’est qu’il y a de grandes différences suivant les lieux.
    Et cette concentration pose d’autres questions.
    Sur internet un livre sur les religions et la science prétendait que les lois de Kepler sont déjà dans le Coran, sauf que celui-ci semble ignorer que la terre est ronde et inclinée sur son axe de rotation. Je comprends que les petits djihadistes soient influencés par cette fausse science.
    Plus de vigilance s’impose face aux affirmations fantaisistes.

  3. jjbey 11/12/2021 / 18:40

    La croyance religieuse n’est jamais qu’une croyance.
    S’en imprégner est contraire à l’esprit critique qui, lui, participe au développement de l’intellect.
    L’opium du peuple fait semble-t-il plus fort que le haschich.
    Quel dommage pour ces crétins et la société tout entière.

Laisser un commentaire