Un préfet…

Un Préfet normalement sert les intérêts de l’État… oui, certes, euh !

Drôle de profil pour ce poste ultra-sensible : le préfet Pierre Lieutaud, mis en cause dans une enquête judiciaire, vient d’être nommé à la tête du Service National des Enquêtes Administratives de Sécurité (Sneas).

Créé après les attentats de 2015, cet outil est destiné à vérifier le pedigree des candidats à des emplois d’Etat « à risque ». Au cours de la seule année dernière, la soixantaine d’agents du Snaes, tous habilités secret-défense, ont passé au tamis 400.000 Français (certains désirant rejoindre la police, la gendarmerie, l’administration pénitentiaire, d’autres prévoyant de travailler sur des sites sensibles ou comme agents de sécurité sur de grands événements).

Branché et câblé

Ce discret service d’enquête, qui a accès à l’intégralité des fichiers de la police, de la gendarmerie et du renseignement, se trouvera au coeur du dispositif de sécurité pour la prochaine Coupe du monde de rugby (en 2023 en France) et pour les Jeux olympiques, l’année suivante.

Jusqu’à présent, d’ailleurs, Lieutaud, le futur patron, coordonnait la sécurité pour les JO. Sauf que, depuis quelque temps, il cumule les contrariétés…

Il a, en effet été éclaboussé par l’une des nombreuses enquêtes judiciaires visant Bernard Squarcini, l’ex-directeur du Renseignement intérieur (un bon ami à lui). Deux écoutes (a minima) réalisées par la police des polices les ont pris la main dans le sac Vuitton (« Le Canard », 7/4).

Petit rapporteur

En mars 2013, embauché comme prestataire par LVMH, Squarcini fait appel aux conseils (et aux bons tuyaux) de son copain Lieutaud, alors numéro deux du Conseil national du renseignement, au sujet des avancées d’une plainte du groupe Hermès contre LVMH.

Les procès-verbaux d’écoute montrent que ce dernier s’avère très coopératif.

Une autre fois, il demande à celui qu’il nomme affectueusement « Pierrot », ou « mon petit lapin », de lui pondre des notes de renseignement sur la « mouvance gauchiste », liée de façon très improbable à une menace terroriste pesant sur Bernard Arnault.

« Le Squale » veut s’en servir pour justifier le renouvellement du port d’armes des gardes du corps du PDG milliardaire.

Cette utilisation de la machine d’État à des fins privées a valu, l’année dernière, au préfet Lieutaud d’être cuisiné, le 14 décembre 2020, par les bœuf-carottes. Il a confirmé qu’il avait « rapporté » certaines infos à Squarcini. Sans, apparemment, que sa carrière en pâtisse…


Article signé des initiales D. H. et C. L. – Le Canard enchaîné. 01/12/2021

2 réflexions sur “Un préfet…

  1. bernarddominik 06/12/2021 / 08:44

    Comme d’habitude la corruption sévit au sommet de l’état et le gouvernement laisse faire: normal il est lui même corrompu jusqu’à la moelle

  2. jjbey 06/12/2021 / 09:27

    Les coquins sont rémunérés comment pour ce genre de service?
    Même pas une petite aide pour avoir une Rolex?

Laisser un commentaire