Ce virus cache sous les feuilles

Nous sommes cette semaine en compagnie du Haut Conseil de la santé publique (HCSP), créé par une loi de 2004. Il s’agit pour lui, parmi d’autres missions, de « fournir aux pouvoirs publics, en lien avec les agences sanitaires, l’expertise nécessaire à la gestion des risques sanitaires ainsi qu’à la conception et à l’évaluation des politiques et stratégies de prévention et de sécurité sanitaire ».

Le HCSP donne ainsi des avis, dont celui-ci à propos du coronavirus, en date du 4 avril 2020, qui « recommande de ne surtout pas employer d’appareils pouvant souffler des pous­sières des sols de type souffleurs de feuilles (1) ». Remettre en circulation en soufflant dessus poussières, feuilles, papiers… ou virus n’est pas forcément une bonne idée.

Mais (presque) tout est oublié, et les souffleurs soufflent. L’association Robin des Bois appelle leurs engins des « catapultes à Covid (2) ». Qui pulsent 8 m3 d’air à la minute, le projetant à une vitesse comprise entre 100 et 200 km/h. Dès lors, et sans surprise, «les souffleurs de feuilles ne respectent pas les gestes barrières, c’est tout le contraire. Ils dégagent sous forme de particules fines des poussières de trottoirs chargées de virus et de germes. Les flux infectieux polluent les aérosols et sont inhalables par la population générale, par les cohortes vulnérables et par les animaux domestiques ».

Plus étonnant sans doute, les mêmes malmènent de petits écosystèmes auxquels personne ne prête la moindre attention. Car en effet, « les litières des feuilles et les couches superficielles des terres végétales sont l’habitat de milliers d’espèces d’invertébrés utiles à la fertilisation et aux chaînes alimentaires des oiseaux et des petits mammifères. Les vers de terre se nourrissent en partie de feuilles mortes. Quand les souffleurs de feuilles s’attaquent aux îlots végétalisés, aux parterres, aux squares, aux jardins publics et privés et aux pourtours des arbres, ils balayent et dévastent des écosystèmes utiles et complètement négligés ».


Fabrice Nicolino – Charlie Hebdo – 01/12/2021


  1. www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr= 791
  2. robindesbois.org/les-catapultes-a-covid-et-autres-pathogenes

2 réflexions sur “Ce virus cache sous les feuilles

  1. bernarddominik 03/12/2021 / 16:27

    Avec la covid, on aura vu des centaines de théories farfelues.
    Autrefois, les employés au nettoyage ramassaient les feuilles avec des fourches puis les brûlaient.
    Le soufflage demande autant de personnel, mais ne fait que déplacer les feuilles, c’est la loi du moindre effort.
    Quant à la covid, je ne crois pas qu’il stationne dans les feuilles ce milieu lui est peu propice.
    À quand la polio, la peste, la tuberculose, le choléra, dans les feuilles !

  2. Danielle ROLLAT 06/12/2021 / 22:18

    Rien d’étonnant, vu toutes les âneries qu’on lit et entend !
    Je ne savais pas que notre pays comptait autant d’infectiologues…
    « les feuilles mortes se ramassent à la pelle, les souvenirs et les amours aussi.. »