Questions 1, dans l’optique de la présidentielle 2022

Hôpitaux : Un coup d’arrêt au désastre sanitaire !

« Il n’y aura ni confinement, ni couvre-feu, ni fermeture anticipée des commerces, ni limitation de déplacement… », a affirmé Olivier Véran lors de sa conférence de presse le 25 novembre dernier. Mais il s’est empressé de rajouter : « La France connaît à son tour une cinquième vague qui sera sans contexte plus forte et plus longue que celle survenue cet été » !

Rassurer d’abord pour ensuite agiter le hochet de la peur panique !

  • La campagne vaccinale est relancée avec l’extension de la troisième injection : dont acte !
  • Qu’en est-il de la politique des tests, du suivi des personnes-contact ?
  • Qu’en est-il de l’évaluation systématique de l’immunité des personnes vaccinées ?


Beaucoup de questions restent en suspens parce que nous sommes toujours dans une politique court-termiste et le refus de mener une politique de santé qui « pense global ». La raison en est simple : éviter l’implosion du système hospitalier, et surtout ne rien changer à cette politique ultra-libérale et délétère qui considère les dépenses de santé comme un coût insupportable pour le capital financier !


Mais le nouveau variant « provenant » d’Afrique australe risque de remettre « les pendules à l’heure » !

  • Est-ce que nous devons vivre avec cette menace permanente, vivre avec le vaccin ?
  • Est-ce que les peuples vaccinés doivent vivre, claquemurés dans leurs frontières, face aux peuples non-vaccinés d’Afrique australe, des populations déjà lourdement atteintes par les effets du réchauffement climatique comme en Madagascar ?
  • Plutôt que de semer un vent de panique, faire appel encore et toujours à la responsabilité individuelle et réprimer les « récalcitrant·e·s », la question à l’ordre du jour : prendre les mesures qui s’imposent dans une telle situation ! Gouverner, en un mot dans l’intérêt général, en France et dans le monde !


[…] … nous ne pouvons en rester là : ce n’est pas seulement une question humanitaire et de santé qui est en jeu, c’est le sens même de la direction que prend notre société ! 6,5 milliards de vaccins dans le monde et seulement 2,5 % de vaccinés en Afrique […]

La levée des brevets et des droits de propriété intellectuelles est la seule solution pour garantir l’accès de tous les peuples de la planète aux vaccins et traitements […] .


Quand le gouvernement prétend « parler fort », il propose à la communauté nationale, aux hospitaliers en lutte depuis plusieurs années un projet de loi de financement de la Sécurité sociale indigent et qui, contrairement aux discours triomphateurs du ministre de la Santé, va aggraver la situation des hôpitaux publics.


Depuis l’été dernier, le mécontentement grandissant face à un Ségur de la Santé qui a montré très vite ses limites, cumulé à une fatigue généralisée, des pertes de sens, une précarité rampante, provoquent un véritable séisme au sein des services hospitaliers : innombrables sont les soignants, mais aussi des jeunes médecins qui quittent l’hôpital public.

Ces vagues de départs se font dans un environnement de pénurie permanent de tout ! Au-delà de la […] polémique sur le nombre de lits fermés, la réalité est bien aujourd’hui des centaines de services d’urgence, de soins intensifs, de pédiatrie, de chirurgie, de psychiatrie qui sont en incapacité de fonctionner.


Partout en région et en Île de France nous assistons bien à des ruptures dans la continuité des soins, des pertes de chance pour des milliers de personnes, par report d’opérations ou de traitement.

Le gouvernement doit être tenu comme responsable des aggravations des pathologies et de morts évitables et non-évitées ! C’est un véritable krach sanitaire qui se profile : le gouvernement le craint mais ne fait rien !

Au contraire, il laisse la dégradation s’installer partout, et ce laisser-faire ouvre la voie en grand au secteur privé, qui accueille actuellement soignants et médecins qui désertent l’hôpital public !!

[…]


Évelyne Vander Heym – Source (Extraits) https://www.pcf.fr/mettre_un_coup_d_arr_t_au_d_sastre_sanitaire

4 réflexions sur “Questions 1, dans l’optique de la présidentielle 2022

  1. bernarddominik 02/12/2021 / 18:26

    10% du personnel médical est en arrêt maladie la plupart pour une contre-indication à la vaccination non reconnue par Véran.
    Dans tous les cas il y aura de la casse, mais comme d’habitude, ce sera caché

    • Libres jugements 03/12/2021 / 09:28

      Prière d’éviter de relayer la communication gouvernementale consistant à agonir le personnel des hôpitaux plutôt que de signaler l’étroitesse du budget consacré à ce service public. C’est bien en restreignant volontairement les budgets consacrés aux services hospitaliers que les différents gouvernements libéraux de ce pays offre un boulevard aux différents services de soins privés (qui au passage a toujours souffert comme toutes les entreprises, d’un taux d’absentéisme).
      Michel

  2. jjbadeigtsorangefr 02/12/2021 / 18:51

    Vacciner, vacciner tout le monde entier est le seul moyen de sortir de ce guêpier.
    Les pays pauvres doivent recevoir les doses nécessaires et lever la propriété des brevets est une question de survie pour l’humanité tout entière.
    Plus possible de faire du fric avec la santé des gens, c’est impossible dans cette société.
    Changeons de société.

  3. Danielle ROLLAT 06/12/2021 / 21:59

    La PREVENTION A TOUT PRIX : LE VACCIN, TOUT LE VACCIN, RIEN QUE LE VACCIN !

    Il faudrait aussi dans un souci d’humanité, amener les directeurs d’ARS et d’établissements, à négocier avec les agents suspendus, privés de toute indemnisation et de droit au travail, en dehors de toute position statutaire (de l’inédit !).

    L’Hôpital a besoin d’eux, les patients ont besoin d’eux et de renforts supplémentaires.. d’autant que leurs collègues retraités sont mobilisés dans les centres de vaccination.. et ont été échaudés par les conditions de rémunérations… lors de la première vague, mais qui en parle ?

Laisser un commentaire