Écolo à deux balles

Guingamp et Paimpol, veulent des saumons en cage !

Cette fois, imaginez un petit fleuve côtier. En Bretagne. Le Trieux. Il traverse Guingamp, Pontrieux, longe Paimpol, Lézardrieux, avant de se jeter sans réfléchir dans la Manche.

Long de 72 km, il est l’un des charmes les plus puissants de la région. Et il abrite encore des saumons sauvages. Incroyable, non?

On en pêche chaque année en Bretagne presque un millier, quand l’espèce a pratiquement disparu ailleurs, où elle était surabondante du Rhin à l’Adour, en passant par l’Allier et la Loire.

Retour au réel.

Le Trieux traverse le territoire de l’élevage industriel, des déjections animales, des nitrates. Malgré de lourds investissements, la pollution est là. Chaque année. 2015, 2016, 2017, 2018, etc. Il se passe toujours quelque chose sur le front des incendies de l’eau. Du gasoil déversé. Des rejets d’une usine agroalimentaire. De longs panaches blancs qui opacifient brutalement l’eau du Trieux.

En 2019, une station d’épuration défaillante balance ses eaux usées directement dans le fleuve, pendant… quatre-vingt-dix jours.

Le 30 juillet 2020, Peggy Corbel, adjointe à la mairie de Guingamp, déclare à Ouest-France : « Mercredi 29 juillet, vers 14 heures, on m’a signalé une pollution dans le Trieux. Cela arrive beaucoup trop fréquemment, et c’est inadmissible. » On allait le dire.

En avril 2021, le département bloque les permis de construire dans 18 communes autour de Guingamp et de Paimpol, parce que les stations d’épuration n’épurent plus. Plus assez. C’est dans ce cadre rieur qu’intervient la mort des saumons sauvages.

À partir d’avril 2021, on découvre le long du Trieux des saumons échoués, morts, par dizaines. Eau et rivières de Bretagne (eau-et-rivieres.org) résume un point de vue répandu : « Les pêcheurs du Trieux et les riverains de ce cours d’eau sont effarés du silence et de l’absence de réactions face à cette mortalité. Il n’y a jamais eu autant d’organismes officiels à s’occuper des milieux aquatiques et du Trieux, mais personne ne bouge!»

Ah, mais si ! Ça bouge.

On apprend en juillet que le conseil d’agglomération Guingamp-Paimpol accepte de vendre 10 hectares à Plouisy à une transnationale norvégienne, Smart Salmon (smartsalmon.no/project-france).

Il s’agit de créer une ferme aquacole, susceptible de produire 10.000 tonnes de saumon après investissement de 100 millions d’euros. Avec promesse de 100 emplois. Du côté de la main droite, on laisse mourir les vrais saumons. De la main gauche, on construit sur une terre agricole une nouvelle usine, comparable en tout point à un élevage industriel.

Il faudra beaucoup d’eau (on parle de 600 m3 par jour), et ce n’est pas le pauvre Trieux qui la fournira. Une partie sera rejetée dans le petit fleuve. Or un rapport norvégien, déjà ancien (2010), donne une idée de cette industrie très agressive (1).

Les saumons sont élevés dans des cages immergées, et leur extrême concentration provoque quantité de maladies, inflammations cardiaques, dépôts graisseux. De 10 à 20 % des saumons mourraient dans les cages elles-mêmes pour ces raisons.

Au moins 7 % de la mixture qui leur est destinée (il faut pousser vite!) s’échappe en mer avant d’être ingurgitée par des poissons sauvages, avec des risques sanitaires qui ne sont pas évalués. Enfin, un pesticide comme le diflubenzuron, utilisé pour tuer le pou du saumon, est très toxique pour les invertébrés aquatiques d’eau douce. Les bestioles du Trieux ont intérêt à émigrer.

Dans ces conditions, estime Eau et rivières, « ce projet, d’ailleurs instruit dans la plus grande opacité, est porté par la société Smart Salmon. Ce groupe norvégien est, avec d’autres, à l’origine de la pollution organique et médicamenteuse par les fermes aquacoles des estuaires norvégiens, et de la dissémination dans les cours d’eau de parasites (pou du saumon). Ce qui pourrait impacter de façon irréversible le patrimoine piscicole du Trieux ».

Le maire de Guingamp, Philippe Le Goff et La mairesse de Paimpol, Fanny Chappé sont des élus socialistes, en plein tournant écologiste !


Fabrice Nicolino – Charlie Hebdo – 24/11/2021


  1. nmf.no/wp-content/uploads/2017/12/Report-North­Atlantic-Salmon-farming-in-Norway.pdf (en anglais).

2 réflexions sur “Écolo à deux balles

  1. bernarddominik 30/11/2021 / 10:14

    On n’arrête pas le progrès !
    Les stations d’épuration sont très peu et très mal contrôlées, et en plus souvent mal conçues.
    À Marseille dès qu’il pleut les stations débordent et pourrissent la mer, les plages sont alors interdites.
    Quant aux saumons d’élevage, ils sont déconseillés au femme enceinte, et il ne faut pas en consommer plus de 2 fois par semaine, vu nos normes laxistes, il vaut mieux éviter d’en consommer.
    Si ça continue les Bretons ne pourront même plus boire ni utiliser pour l’alimentation l’eau du robinet. Ces maires sont dangereux.

  2. ROBERT BLIN 30/11/2021 / 14:43

    Bonne analyse

Laisser un commentaire