Ziva la désinformation sur LCI

Selon LCI, la France est une république socialiste !

Vous croyiez vivre dans un pays libéral ? Détrompez-vous. En France, les pauvres se gavent avec l’argent des riches. Et le président n’est même pas fichu de réformer les retraites.

« Vous, vous dites : “France, économie socialiste”. »

Sur LCI, David Pujadas lance le « parti pris » de son chroniqueur éco. « Ce que je vais vous dire là va à l’encontre de tout ce qu’on entend généralement, avertit Pascal Perri. C’est pas le produit du jus de crâne de quelques universitaires. » Contaminés par le wokisme islamo-gauchiste. « C’est le travail de l’Insee avec Xerfi. Deux tiers des Français, écoutez bien ça, deux tiers des Français reçoivent plus en prestations sociales et en services publics qu’ils ne versent d’impôt, de taxes et de contributions. » Scandaleux ! Mais qui sont ces profiteurs sans scrupules ? « C’est la démonstration parfaite que la France est une république sociale et redistributive. » Voire communiste.

« Il y a dix déciles du revenu, l’Insee a pris un ménage type par décile,détaille Pascal Perri. Les 10 % les plus pauvres gagnent 12.000 euros par an, les 10 % les plus riches 133.000 euros. La question, c’est celle de la redistribution. Le tableau qui suit est vraiment très spectaculaire. » Et même effrayant. « Les 10 % les plus riches donnent 35 % de leur revenu dans les politiques de redistribution. » Pauvres riches impitoyablement rackettés. « Et cette redistribution contribue pour 63 % — plus de la moitié ! — au revenu des 10 % les plus pauvres. » Salauds de privilégiés, gavés de l’argent des riches. « Y a des services, la santé, l’éducation, l’action sociale, les allocations logement, des aides diverses… » Sans parler de la fraude aux prestations. « Au total, ça nous fait une enveloppe chaque année de 54 milliards d’euros qui sont redistribués des plus riches vers les plus pauvres. » C’est monstrueux. Quelle injustice.

« On voit que l’action publique contribue très largement à la redistribution. » Mais surtout à l’extorsion : « À partir du septième décile de revenu, tous les ménages contribuent beaucoup plus qu’ils ne reçoivent. »

Ils sont rançonnés au profit de fainéants rétifs à la valeur travail. « Imparable donc, absolument imparable : la France n’est pas un pays libéral. » C’est regrettable mais, selon une étude de l’Institut des politiques publiques, les mesures sociales prises pendant le quinquennat d’Emmanuel Macron ont permis de limiter la prédation, rééquilibrant la balance en faveur des plus riches et appauvrissant les plus pauvres. « Les chiffres le montrent, c’est l’évidence. » Dans un pays vraiment libéral, c’est bien plus que 10 % de la population qui devraient être aidés pour manger (chiffre du rapport annuel du Secours catholique). « J’entends des gens parler de politiques libérales depuis vingt, trente ou quarante ans… Ce sont de joyeux amateurs ! » Des producteurs de jus de crâne universitaire. « La France, c’est une république sociale, redistributive comme nulle autre ailleurs. » Haro sur la Sociale !

Lire la suite sur le blog de Samuel Gontier


Source (Télérama- lecture libre)