Macron s’occupe de la police

Nouvelle tenue pour les « Flics »

Les flics seront bientôt rhabillés pour l’hiver… et pour l’été ! La nouvelle tenue « fait partie de la considération que nous vous devons », leur a lancé le chef de l’Etat, le 14 septembre, en conclusion du Beauvau de la sécurité. Les fonctionnaires concernés vont recevoir leur paquetage avant la présidentielle : un polo à manches longues, un autre à manches courtes, plus un calot. Pour ne pas prendre une casquette ?

La bonne nouvelle d’une livraison de 120 000 hauts et 50 000 couvre-chefs a été confirmée aux syndicats lors d’une ré union le 24 septembre. Avec ces précisions sémantiques : interdiction d’évoquer une chemise à col Mao (pour ne pas faire référence au Grand Timonier) et de parler de « calot », qui rappelle trop les gendarmes. Il sera donc question de « bonnet de police », comme on appelait la coiffe des militaires de corvée sous l’Ancien Régime.

Manquent juste, comme l’a découvert « Le Canard », les… pantalons. Un choix dicté par des raisons budgétaires et électorales. Selon les documents du projet de loi de finances 2022 (et même si le patron a été dessiné gratuitement par les élèves d’une école de design), l’ensemble coûte déjà 9 millions d’euros.

La nouvelle tenue devant impérativement être livrée avant la présidentielle, la confection d’un nouveau futal aurait retardé l’échéance.

Résultat : la police se retrouve sans culotte.

De quoi encourager l’esprit de corps


Le Beauvau…

Après le Beauvau de la sécurité, c’était l’autre promesse de Macron : remplumer les troupes en officiers de police judiciaire (OPJ), histoire de raccourcir le temps d’enquête.

L’objectif présidentiel était de faire passer les effectifs de 18 000 à 22 000 d’ici à 2023.

Seuls les OPJ sont habilités à réaliser les actes de procédure. Sans eux, aucune enquête judiciaire ne peut aboutir. Las ! faute de personnel, l’administration n’arrive pas à former plus de 700 OPJ par an.

Il faut dire que la scolarité dure quatre mois, et que le prétendant ne peut postuler qu’après trois ans de service. De plus en plus complexe, la procédure, qui monopolise 40 % du temps des OPJ, ne suscite pas de vocations (pas plus que la prime mensuelle de 108 euros).

Reste l’idée macronienne de former des OPJ dès l’école des gardiens de la paix ; cependant, vu le faible niveau de recrutement actuel, cette piste donne des sueurs froides à la hiérarchie policière comme aux magistrats.

« Non seulement les 4 000 nouveaux OPJ sont introuvables, mais, en plus, certains services vont en perdre », déplore un commissaire. Beauvau, en effet, a eu l’idée géniale de mieux répartir le nombre d’OPJ entre les services spécialisés de police judiciaire et les commissariats, où ils font cruellement défaut.

Un quota a donc été imposé à la Direction centrale de la police judiciaire, sommée de supprimer une centaine d’habilitations parmi ses troupes.

S’ils veulent rester OPJ, les surnuméraires sont priés d’aller exercer leurs talents en commissariat. S’ils refusent, ils resteront en poste dans les prestigieux services spécialisés… avec interdiction absolue de toucher à la procédure.

On pourra quand même boire l’apéro, chef ?


Didier Hassoux et Christophe Labbé – Le Canard enchainé – 10/11/2021

7 réflexions sur “Macron s’occupe de la police

  1. bernarddominik 16/11/2021 / 16:11

    Macron aime changer pour laisser sa trace, comme un chien qui pisse pour marquer son territoire.
    Il aurait même modifié le bleu du drapeau national y faisant mettre un bleu plus foncé.
    Il se prend vraiment pour un monarque

    • Libres jugements 16/11/2021 / 17:14

      Bernard, concernant le bleu du drapeau français …

      C’est un détail qui a son importance. Il y a un peu plus d’un an, le 13 juillet 2020, Emmanuel Macron a pris la décision, en toute discrétion, de faire modifier le bleu du drapeau français. Du bleu cobalt, similaire à celui du drapeau européen, le bleu de la bannière française est devenu marine.

      Ce changement s’est appliqué dans un premier temps aux drapeaux posés derrière les allocutions du chef de l’État à partir de fin 2018. Il est désormais également installé au fronton de l’Élysée et sur d’autres bâtiments, à l’instar de l’Assemblée Nationale ou du ministère de l’Intérieur.

      Extrait de texte d’un article des Echos – Source https://www.lesechos.fr/politique-societe/gouvernement/emmanuel-macron-a-fait-modifier-le-bleu-du-drapeau-francais-1363822

      Amitiés
      Michel

  2. marie 16/11/2021 / 16:45

    Coucou Michel, j’adore « la police sans culotte » il fallait oser!
    Bonne soirée,
    Il va bientôt faire nuit
    Amicalement
    MTH

    • VITRINART 17/11/2021 / 13:15

      Cependant, loin de l’esprit des sans-culottes, ou sans dents (compte tenu de l’époque) 🙂

  3. Danielle ROLLAT 16/11/2021 / 21:31

    Et demain faudra-t-il aussi changer les bustes de Marianne dans les Mairies, en même temps que les drapeaux ?

  4. jjbey 16/11/2021 / 23:29

    Facteur de retard dans l’instruction des affaires judiciaires le manque d’OPJ se fait cruellement sentir.
    Leur formation pose problème car uniquement axée sur la procédure pénale alors qu’une connaissance plus générale du droit parait importante.

Laisser un commentaire