Est-il intouchable ?

Huit femmes se lèvent face à PPDA

Huit femmes, dont sept à visage découvert, ont pris la parole dans “Libération” mardi 09 novembre 2021. […]

L’interview avait fait grand bruit, elle se retourne aujourd’hui contre son auteur. En mars 2021, Patrick Poivre d’Arvor s’était rendu sur le plateau de Quotidien, sur TMC, pour présenter en exclusivité « [s]a vérité » à propos des accusations de viol dont il faisait l’objet de la part de l’écrivaine Florence Porcel.

Vingt-cinq très longues minutes, où l’ex-star du JT de TF1 avait pu dérouler sa défense sans être jamais réellement chahuté par Yann Barthès et son équipe. « Il ne s’est rien passé, cher Yann », avait assuré PPDA, avant de dénoncer des « affabulations », « une campagne ignoble », et de sous-entendre que Florence Porcel avait porté plainte car elle « avait un livre à promouvoir ».

Face aux témoignages d’autres femmes qui l’accusaient sur les réseaux sociaux de gestes déplacés ou répréhensibles, le journaliste avait consenti avoir parfois « dragué », tout en reconnaissant que « ce comportement, aujourd’hui, n’est plus accepté par certaines jeunes générations ».

Une phrase prononcée par PPDA avait notamment frappé les esprits : « Pas une seule personne ne donne son nom », avait critiqué le journaliste, pour dénoncer l’anonymat – et le supposé manque de crédibilité – des témoignages livrés sur les réseaux sociaux.

Aujourd’hui, comme pour lui répondre, huit femmes prennent la parole dans Libération, dont sept à visage découvert, pour raconter des faits de viol, d’agression sexuelle ou de harcèlement sexuel qu’elles disent avoir subis de sa part, sur une période allant de 1993 à 2008.

 […]

[Les huit] témoins ont participé à l’enquête ouverte en début d’année, à la suite de la plainte déposée par Florence Porcel.

Après quatre mois d’investigation, le parquet de Nanterre l’avait cependant classée sans suite, estimant que les faits étaient prescrits ou insuffisamment caractérisés. Patrick Poivre d’Arvor avait de son côté déposé plainte fin mars contre Florence Porcel pour dénonciation calomnieuse – une plainte également classée sans suite, « en l’absence de démonstration d’une intention de nuire ».

Selon Libération, l’affaire pourrait cependant connaître une nouvelle suite judiciaire. […]


La rédaction de Télérama – Source (Courts extraits)