Des autorités administratives indépendantes… «subventionné» par l’État…

Elles veillent, au nom de l’État, à la régulation d’un secteur dans lequel le gouvernement ne souhaite pas intervenir directement (sûreté nucléaire, audiovisuel, énergie, etc.). Ces héroïnes, les 25 autorités administratives et publiques indépendantes, recevront 329 millions d’euros en 2022 de la part de l’Etat.

Un Etat qui les aime de plus en plus puisque leur budget a bondi de 17 % en deux ans ! En voici quelques bénéficiaires.

  • Séances tenantes et trébuchantes. Dur, dur, de travailler chez l’« un des principaux acteurs du dispositif de surveillance des circuits financiers de la vie politique » (dixit le projet de loi de finances 2022, ou PLF) ! La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques doit gérer, en 2021 et en 2022, un agenda congestionné : fin du contrôle des élections municipales, élections départementales, régionales et, bien sûr, présidentielle suivie des législatives.

Consolation ? En 2022, les huit membres du collège de la Commission (hors président) devraient voir leur rémunération annuelle grimper, avec en moyenne 66 800 euros par commissaire, contre 41 600 euros cette année.

Ils pourront en effet multiplier les indemnités de séance (250 euros la demi-journée) et les « travaux d’expertise, de rédaction de rapports et de notes de synthèse ». Le réconfort après l’effort.

  • Civen pas si vain. La rémunération des membres du Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires (Civen) a bénéficié d’un coup de pouce. La vice-présidente perçoit désormais 600 euros par séance du Comité (contre 300 auparavant), et les autres membres du collège 350 euros par séance (et non plus 300).

Il est vrai que l’efficacité du Civen (naguère quasi nulle) s’est quelque peu améliorée. De quoi parfaire son rayonnement (ionisant).

  • Budget dopé pour l’antidopage. De 10,1 millions d’euros de subventions reçues cette année par le ministère des Sports, l’Agence française de lutte contre le dopage va passer à 20,2 millions en 2022, soit une augmentation de 100 % ! A mille jours des Jeux, une affreuse suspicion pèserait-elle sur nos champions ?
  • Bonnes ondes dans l’audiovisuel. La subvention du Conseil supérieur de l’audiovisuel augmentera l’an prochain de 985 000 euros, ce qui portera son budget à 38,3 millions.

Sûr qu’avec cette attention le CSA remplira mieux encore sa mission phare durant la campagne présidentielle : veiller au « respect du pluralisme des courants de pensée et d’opinion » dans les médias. Avec l’émission de Pascal Praud sur CNews comme modèle.


Clara Bamberger– Le Canard Enchainé – 03/11/2021