Entre CNews, BFMTV, LCI… seul l’audimat compte…

Pour la véracité des infos, passez sur d’autres supports…

Dopée à la polémique et à la Zemmour-mania, CNews bouleverse le paysage des chaînes d’infos en continu. Face à elle, BFMTV et LCI ripostent pour gagner de nouveaux téléspectateurs. À six mois de la présidentielle, une course à l’audience qui empoisonne le débat démocratique.

«Vous savez ce que l’on va vous dire ? C’est votre faute, c’est notre faute : les médias ont créé le Zemmour à 15 % ! » Le 1er octobre dernier, le présentateur de BFMTV Jean-Baptiste Boursier prend les devants, au moment de faire commenter à son invité un énième sondage sur le polémiste.

Depuis la rentrée, une fièvre Zemmour s’est emparée des chaînes d’info. Sa mise à l’écart de CNews, pour respecter les règles du temps de parole imposées par le CSA, n’a rien arrangé.

La chaîne, comme BFMTV ou LCI, a embrayé tête baissée dans un faux suspense autour de sa possible candidature, point de départ d’un battage médiatique nourri de sondages à gogo, de débats à la pelle sur ses propositions, de batailles pour le recevoir en exclusivité…

[…]

Les autres chaînes se rebiffent

Mais les concurrentes n’entendent pas laisser CNews « faire » la présidentielle. « Nous nous devons de demeurer leader », assure Hervé Béroud, directeur général délégué d’Altice Média, propriétaire de BFMTV. La chaîne, sur laquelle le public continue de se brancher en cas d’événement fort, a lancé la riposte par un sacré coup : le débat Jean-Luc Mélenchon/Éric Zemmour (3,8 millions de téléspectateurs), qui l’a propulsée première devant TF1 — rarissime — et France 2, reléguée loin derrière avec son émission politique. « C’était une invitation au spectacle entre deux populistes, que jamais le service public n’aurait organisé », rage encore la direction de France Télévisions. BFMTV a aussi damé le pion à LCI, où Ruth Elkrief avait tenté, sans succès, de décrocher l’affiche.

[…] Olivier Fogiel [directeur de BFMTV] n’a pas oublié la seule consigne donnée par l’actionnaire, Patrick Drahi, lors de sa nomination en 2019 : « Restez premier, restez rentable. » […]

« Pas une minute de notre antenne n’est influencée par CNews », certifie-t-il. Pour le prouver, il met en avant ses enquêtes long format, le lundi soir, dont les prochains numéros seront consacrés à l’affaire Jubillar et… à Éric Zemmour. Et parle déjà du lancement en décembre de La France dans les yeux, la nouvelle émission politique de Jean-Jacques Bourdin, tournée en régions et promise comme « spectaculaire ».

Mais derrière la sérénité affichée, la tension est réelle. Le 8 septembre, Marc-Olivier Fogiel s’est même fendu d’une lettre de remontrance à la direction de Canal+, pour « pratique commerciale trompeuse », fâché que celle-ci publie sur Twitter un chiffre d’audience erroné pour CNews, la hissant à tort numéro un quelques jours plus tôt.

Entre chaînes d’info, la guerre est digne d’une série Netflix, où chaque patron scrute en direct, depuis le mur de son bureau où s’affichent en multiplex tous les écrans, les choix des rivaux.

« Nos concurrents nous copient », accuse, mi-amusé mi-grinçant, Serge Nedjar de CNews. Cocasse : n’assume-t-il pas d’avoir lancé une nouvelle émission, de 22h30 à minuit, pour contrer à cette heure la dynamique de LCI avec Éric Brunet ?

LCI fait le ménage

Dans ce bal, LCI, la filiale du groupe TF1, qui s’est abîmée en courant derrière CNews avec une ligne « tout débat », a revu sa copie. La campagne, assure la chaîne, sera marquée par plus d’infos, de décryptages et moins de polémique. […]

« Aucune idée n’est interdite chez nous, mais les insultes ou le complotisme, jamais. Nous avons un devoir de neutralité », martèle Fabien Namias, directeur général, qui voudrait, dans cet écrin plus chic, imposer LCI comme la chaîne des débats présidentiels. […]

Jamais les chaînes d’info n’ont affiché une telle santé, pesant 7 % de l’audience télé. Des niches, loin de la puissance de TF1 ou France 2, mais leur audience plafonnait à 4 % lors de la précédente présidentielle. « Les crises successives, Gilets jaunes, retraites, Covid, ont amené un public nouveau qui a découvert l’info en continu dans sa production quotidienne.

Aujourd’hui, les titres des chaînes d’info font plus réagir que les manchettes de la presse écrite. Et dans le carrefour stratégique de 18h-20h, elles ont plus d’impact que les grandes radios», juge Fabien Namias, même s’il souligne que le 20 heures, notamment sur TF1, constitue toujours le Graal. « Elles pèsent sur la psyché collective», résume une éditorialiste.

[…]


François Rousseaux – Télérama – Titre original : « CNews, BFMTV, LCI… Entre les chaînes d’info, tous les coups sont permis ». Source (Extraits)