Pudibonderie électoraliste ?

Une pudibonderie résultante d’une ambiance sociale actuelle où une manière de cacher des prémices d’un tout autres acabits, une vaste protestation populaire qui se lèverait envers l’accumulation d’interdits édictés depuis que les « droites présidentielles régnantes », aggravées depuis l’élection « macronesque » (se servant entre autres de la Covid comme agent régentant, asservissant la population salariale)… ? Juste une question ou … Réalisons que les élections sont une aubaine pour changer de société… MC

« À mon époque, Charlie Hebdo était réservé aux adultes », affirmait la semaine dernière Alexis Corbière sur la chaîne parlementaire, à propos de Samuel Paty, assassiné par un islamiste pour avoir présenté dans son cours une caricature de Mahomet publiée dans Charlie Hebdo.

Eh bien non, c’est faux…

Charlie Hebdo n’a jamais été réservé aux adultes ni jamais interdit aux enfants. C’est précisément ce qu’avait tenté de faire le pouvoir gaulliste en 1970, après la couverture « Bal tragique à Colombey -1 mort », en interdisant à l’affichage

L’Hebdo Hara-Kiri, avec la loi de 1949 sur la protection de la jeunesse. Visiblement, l’instrumentalisation de la protection de la jeunesse par la droite de cette époque ne gênerait donc pas une partie de la gauche d’aujourd’hui. Marcellin-Corbière, même combat?

« Il y a des dessins qui ne sont pas faits pour les adolescents. […] On ne parle pas à un enfant de 10 ans comme à un collégien ou à un lycéen », continue Corbière. Mais en vertu de quelle compétence extraordinaire ce monsieur décrète-t-il qu’un gamin de 10 ans ou un adolescent ne sont pas capables de regarder certains dessins?

Où existe-t-il le mode d’emploi qui décrit sans l’ombre d’un doute ce qui peut-être vu par les yeux d’un enfant? On ne parle pas ici de gravures pornographiques, mais de dessins au sens large du terme.

Avant même d’avoir 10 ans, je m’abreuvais dans tes manuels scolaires et les journaux des dessins suivants : Je n’avais pas 10 ans quand je regardais dans un vieux livre d’histoire de la bibliothèque familiale une caricature de Robespierre qui pressait le coeur de ses victimes pour en boire le sang.

Je n’avais pas 10 ans quand je regardais dans l’encyclopédie Larousse les pendaisons dessinées par Jacques Callot, issues de sa série de gravures intitulée Les Misères et Malheurs de la guerre.

Je n’avais pas 10 ans quand je regardais dans les pages de Charlie Hebdo, qui arrivait parfois à la maison, une caricature de Kamagurka où une femme se faisait chevaucher par son voisin et dont la langue ondulante m’intriguait.

Je n’avais pas 10 ans quand je regardais devant les kiosques à journaux les affichettes de la couverture d’Hara-Kiri qui montrait un type tuant à coups de masse, son bébé parce qu’il tétait sa femme, et qui me fit comprendre le grotesque des titres outranciers de Qui? Police et de Détective.

Je pourrais continuer la liste de tout ce que je regardais avant d’avoir 10 ans et qu’aujourd’hui, si on en croit ce député de La France insoumise, un enfant de cet âge-là ne devrait pas avoir sous les yeux. Pour le bien de son équilibre psychique et de sa santé mentale, probablement.

Eh bien si, contrairement à beaucoup d’idées reçues, il est indispensable que les gosses regardent ces images précisément parce qu’elles sont dérangeantes et font, du coup, réfléchir, même quand on n’a pas encore 10 ans. Surtout quand on n’a pas encore 10 ans. J’ai dû me débrouiller seul pour comprendre le sens de cette multitude de caricatures dont le trouble qu’elles me causaient me faisait entrevoir, derrière leur apparente truculence, qu’il y avait quelque chose de plus profond à découvrir. J’aurais bien aimé bénéficier de l’aide d’un professeur comme Samuel Paty pour qu’il me donne les clés qui m’auraient permis de les élucider et de ne pas me laisser impressionner par elles.

La déclaration du député de La France insoumise est en vérité révoltante. Mais dans quelle société de merde, hypocrite et artificielle, ces gens-là veulent-ils nous faire vivre? Et de tels propos ne proviennent pas de la droite la plus rétrograde, mais de la gauche, ou du moins de ce qui en fait office.

En réalité, la question n’est pas de savoir si on doit présenter à des enfants de 10 ans des dessins irrespectueux. Non, la seule question qui taraude ce député de La France insoumise est de ne pas montrer aux enfants des dessins satiriques du prophète Mahomet, même à des fins pédagogiques.

Quand on sait que ce député est un élu de la Seine-Saint-Denis et qu’une partie de ses électeurs sont des musulmans pratiquants, on comprend la logique qui sous-tend sa déclaration. Il ne faut pas choquer les gens qui pourraient voter pour moi et renouveler mon mandat de député. C’est aussi simple et vulgaire que cela.

Clientélisme et opportunisme, voilà le secret d’une carrière politique réussie. Samuel Paty n’était pas un élu de La France insoumise et n’avait pas de mandat électoral à défendre pour continuer de bouffer dans la gamelle. Il était un simple prof d’histoire-géo qui n’avait rien à gagner en montrant des caricatures de Mahomet, et certainement pas un mandat de député. Lui a perdu la vie de n’avoir rien cherché à obtenir en retour.

Les authentiques insoumis ne sont pas ceux que l’on croit.


Editorial de RISS – Charlie Hebdo – 20/10 /2021

Une réflexion sur “Pudibonderie électoraliste ?

  1. jjbey 23/10/2021 / 23:16

    Il y a des lâchetés là où on ne les attend pas.
    On ne peut composer avec ceux qui veulent imposer leurs idées et dicter à chacun la manière de penser.
    La Liberté c’est la liberté de produire et les cléricaux comme les hommes politiques et moi-même, devront l’admettre au nom de la démocratie dès lors que ce qui est publié n’est pas facteur de haine ou mensonge.

Laisser un commentaire