La Macronie annexe la Sécurité sociale.

«  Qui veut noyer son chien, l’accuse de la rage », dit l’adage populaire.

Appliqué à notre système de protection sociale, cela signifie que les gouvernements s’évertuent à en assécher le financement à coups d’exonérations, pour mieux justifier ensuite les tours de vis destinés à rééquilibrer les comptes.

Cette tactique n’a rien de neuf : elle était déjà appliquée par la droite américaine dès les années 1970, au point d’être résumée par un mot d’ordre très imagé, « starve the beast » (littéralement, « affamer la bête »). À croire que métaphores animalières et Sécurité sociale font bon ménage…

Nul ne sait si la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) en Conseil des ministres, ce mercredi, lui vaudra des noms d’oiseaux.

Mais, une grande partie du peuple, les syndicats et partis de gauche entendent profiter de l’occasion pour dénoncer la politique menée par le pouvoir en place, qui prend la Sécurité sociale en tenaille :

  • L’assèchement des caisses,
  • L’étatisation.

Aucun de ces deux mouvements n’a été initié par le président actuel, mais ce dernier compte bien boucler le travail de ses prédécesseurs.

Pour ce qui est des exonérations, elles atteignaient le montant colossal de 60 milliards d’euros, fin 2019 :

  • Allègement de cotisations « Fillon »,
  • Pacte de responsabilité,
  • Cice, 
  • etc.
  • Emmanuel Macron a ajouté sa pierre à l’édifice avec 3,5 milliards d’euros d’allègement de cotisations supplémentaires, principalement au niveau du Smic. Autant d’abattements qui ravissent le patronat, mais qui coûtent très cher à l’État.

[…]


Cyprien Boganda – L’Humanité – Source (Extraits)

3 réflexions sur “La Macronie annexe la Sécurité sociale.

  1. bernarddominik 06/10/2021 / 13:13

    Le problème, c’est que l’état (=les présidents) ne tient jamais ses engagements et ne paye jamais l’ensemble de la facture.
    Pourtant, devant les 2,8 milliards de profits exceptionnels faits par les complémentaires maladie, Macron les avait menacés que la sécu supprimé le ticket modérateur, mais c’est bien connu Macron n’a pas de « couilles » et n’a rien fait malgré l’annonce d’augmentation des tarifs « suite à la covid », comble du cynisme (les complémentaires maladies gagnent plus, donc elle veulent encore plus, connaissant l’impuissance des contractants et du gouvernement, il n’y a aucun risque).

  2. jjbey 06/10/2021 / 15:30

    La bête noire du capitalisme, la Sécurité Sociale, toujours dans le collimateur du patronat depuis sa création, est victime de la goinfrerie des actionnaires de tout poil qui voudraient bien mettre la main sur son budget.
    Il y a ceux qui l’ont créée et ceux qui la démolissent je voterai pour le premiers…

  3. Danielle ROLLAT 15/10/2021 / 16:01

    Je rêve au retour de la gestion de la Sécu par les représentants élus des salariés, (comme avant les ordonnances de 1967 qui ont introduit le paritarisme) et surtout en se passant des lois de financement votées depuis par le Parlement. En clair, la Sécu à ceux qui cotisent, si toutes les organisations jouent le jeu !

Laisser un commentaire