Stop avec Nanard

Symbole des « années fric », homme d’affaires passé par la politique avec François Mitterrand, par le sport et par le showbiz, Bernard Tapie est mort, dimanche 03 Oct 2021, à 78 ans.

[…]

Bernard Tapie a toujours voulu toucher à tout ce qui brillait. Né en 1943, dans le 20e arrondissement de Paris, d’une mère aide-soignante et d’un père ouvrier qui finira par créer sa société, il grandit au Bourget. Une jeunesse de banlieusard romancée pour bâtir une image d’homme populaire et de « self-made-man ».

Vendeur surdoué de téléviseurs pendant son adolescence, Bernard Tapie monte ses premières boutiques avant de fonder, en 1974, la société Cœur Assistance, d’aide aux cardiaques. Le début du succès, et des emmerdes. Elle lui vaudra sa première condamnation pour « publicité mensongère ». Les méthodes employées pour acheter à prix cassé les châteaux de Bokassa lui vaudront la deuxième.

Il ne désarme pas alors qu’arrive la décennie 1980, les « années fric » qu’il incarnera plus que quiconque. D’abord en bâtissant sa fortune par le rachat d’entreprises au bord de la faillite. Son premier gros coup, en 1980, concerne la société stéphanoise Manufrance. Il propose alors un plan de restructuration entraînant des licenciements à la pelle, tout en narguant ses salariés en se rendant à l’usine en jet privé, aux frais de la société. En 1986, l’usine est fermée, les 1 800 employés au chômage.

La « méthode Tapie » concernera une dizaine d’autres sociétés :

  • la Vie Claire en 1980,
  • Terraillon en 1981 (revendue 125 millions de francs en 1986),
  • Look en 1983 (revendue 260 millions de francs en 1988),
  • les piles Wonder en 1984…

Des redressements spectaculaires, à grands coups de délocalisations, de fermetures de magasins, de licenciements… « Les méthodes Tapie, c’était d’annoncer devant tout le monde qui sera licencié, en humiliant les gens », racontera plus tard Daniel Sauzot, ancien salarié de Look.

Mais, plutôt que les hommes, Tapie fait parler les bilans financiers et devient une star. Le jeune entrepreneur dynamique entre dans le sport par le cyclisme, avant de reprendre l’OM. Devenu la coqueluche des médias, Bernard Tapie est partout. Il clame à la France ses préceptes, à travers ses titres de chansons (Réussir sa vie), de livres (Gagner), ou d’émissions de télévision (Ambitions).


Florent Le Du – Source (Extraits)


Fonction des circonstances : « paix a son âme ». Le Nanard restera toutefois ce personnage sans scrupules, virant des milliers de salariés des entreprises qu’il rachetait, pour les dépecer. Ce qui fit sa fortune personnelle… Pour lui, le sort des salariés qu’il licenciait, ne l’émouvait pas plus que de son premier biberon. Reste que dans ce milieu de requin, il y a toujours plus requin… Lui partit, il reste encore beaucoup trop de ce genre personnage, en France et sur terre. MC