Le pourboire de la peur

Depuis la rentrée, la presse ne cesse de se faire l’écho des paniques qui saisissent le secteur de la restauration face à la pénurie de main d’œuvre.

Des salaires bas, de la précarité des métiers, des cadences infernales et des horaires difficiles, il n’est que rarement fait mention. Pour le patronat comme le gouvernement, il ne faut rien toucher de ces paramètres qui fixent le cadre général d’une exploitation féroce du travail dans ce secteur, particulièrement pour les serveuses et serveurs.

Le président de la « Start-up nation » a donc trouvé l’astuce : légaliser la fraude fiscale au pourboire en les défiscalisant pour les paiements en carte bleue. Certes, les pourboires n’étaient que rarement déclarés, pour la raison précise qu’ils restaient marginaux dans la rémunération globale des serveurs et serveuses.

Cette défiscalisation est une mesure typiquement incitative pour mettre en concurrence la rémunération salariale avec une rémunération arbitraire, et esquiver incidemment toute hausse des salaires et la question centrale du partage de la valeur ajoutée.

De plus :

  • C’est une nouvelle attaque contre les caisses socialisées de la sécurité sociale et des retraites car le manque à gagner en cotisations sociales sera compensé par les taxes diverses à la consommation (TVA et autres…) exigées de l’Union européenne, et qui frappent lourdement les classes populaires.
  • C’est également une rupture d’égalité devant l’impôt.
  • Pourquoi les serveurs et pas les taxis, livreurs et autres métiers où la pratique du pourboire est avérée ?
  • Nul doute que nous y viendrons au prix de nouvelles attaques contre la cotisation et les salaires.

Mais ce n’est pas tout : on sait, selon les chiffres disponibles :

  • Qu’entre les deux tiers et trois quarts des serveurs sont des serveuses.
  • Que veut dire pour elles l’instauration pérenne d’une rémunération au pourboire appelée à s’accroitre ?
  • Par quels vecteurs, par quels rapports vont-elles « faire la différence » pour arracher au bon vouloir du client quelques euros de plus ?

 Dans un pays comme les Etats-Unis où la rémunération au pourboire est installée dans les mœurs, les femmes y font l’objet d’une fétichisation sordide. La littérature comme le cinéma nord-américain le montre amplement.

L’institution salariale, par la garantie qu’elle offre notamment en matière de rémunération fixe, permet aussi aux femmes de se défaire des oripeaux patriarcaux qu’institue cette légitimation de l’arbitraire par la rémunération au pourboire.

Antisociale, anti-impôt, antiféministe, on ne s’étonnera que ce pourboire de la peur et de l’insécurité soit plébiscité par le patronat


Patrick Le Hyaric – La lettre du 02/10/2021

Source (Extraits)