Activismes et «bon sens», c’est «Greenpeace»…

… cinquante ans à la proue de l’écologie

Dites « Greenpeace », et chacun aura en tête l’image d’une action spectaculaire, flirtant parfois avec les limites de la légalité, menée par une poignée d’éco-militants non violents et ultra organisés.

Le 15 septembre 1971, quatorze hippies lancèrent une expédition dans le sud de l’Alaska pour protester contre les essais nucléaires américains.  […]

 […] Cinquante ans déjà que Greenpeace a imposé son art de l’activisme, reconnaissable entre tous, dans le paysage de la lutte écologiste.

Difficile de croire que la première graine fut semée sur un frêle chalutier, loué par quatorze hippies et membres d’une association pacifiste et écologiste dénommée Don’t Make a Wave, pour protester contre les essais nucléaires américains sur l’île d’Amchitka, dans le sud de l’Alaska.

L’expédition, lancée le 15 septembre 1971 […] n’atteignit pas son but initial (empêcher une nouvelle explosion nucléaire US). Mais le récit de l’opération fit onde de choc et, en 1972, les États-Unis finirent par renoncer à tout essai nucléaire  […]

 […] un demi-siècle après sa création, et au côté des innombrables rapports et alertes, d’une prise de conscience qui n’aura cessé de s’aviver, d’un désastre écologique qui n’aura cessé de se préciser, et d’un système économique et de modes de vie qui, eux, demeurent tragiquement inchangés…


Weronika Zarachowicz – Télérama – Titre original : « Greenpeace, cinquante ans à la proue de l’écologie ».

Source (Extraits)