Une censure culturelle « élégante » à Saint-Etienne

L’ancien préfet Yves Rousset, auteur de « La préfecture est en feu ! » (Abatos), ouvrage remarqué sur son expérience en Haute-Loire, serait-il le héros d’une histoire de censure ?

C’est ce que pense le haut fonctionnaire, qui vient d’apprendre qu’il est persona non grata à la prochaine Fête du livre de Saint-Etienne (15-17 octobre -2021). Les organisateurs de cette dernière ont en effet décliné sa demande d’invitation en tant qu’auteur.

« Censure sur ordre, ou d’initiative ?» s’est interrogé Rousset auprès de proches. La réponse ne fait guère de doute… Dans un courrier du 25 août [2021],  adressé au président des éditeurs régionaux, la commissaire générale du salon, Isabelle Rabineau, s’explique, dans un jargon hautement littéraire : « Je trouve peu élégant (sic), alors que les éditeurs et auteurs sont invités intégralement par un événement subventionné en partie par la région, de solliciter des textes qui peuvent contrevenir à l’existence de la manifestation dans les années à venir. »

Wauquiez boutefeu

Il faut dire que le préfet Rousset, dans son livre, décrivait en termes fort peu aimables l’attitude de Laurent Wauquiez, le patron de ladite région (Auvergne-Rhône-Alpes), à l’époque de l’incendie de la préfecture provoqué par des gilets jaunes, le 1er décembre 2018.

Il stigmatisait son « irresponsabilité » et le présentait comme « organisateur de rassemblements sous les fenêtres de la préfecture, vêtu lui-même d’un gilet jaune, pour entretenir la détestation de l’Etat ».

Le boycott du préfet embarrasse le maire (LR) de la ville. Gaël Perdriau affirme qu’il n’y a « pas de filtre politique » dans la sélection des auteurs.

Ouf ! ce n’est pas de la censure, juste de la « cancel culture » !


Article signé des initiales J. C. – Le Canard enchaîné. 08/16 09/2021