Un héritage Trumpiste

Certains héritages sont plus agréables que d’autres.

Celui qu’a laissé Donald Trump en quittant la Maison-Blanche, en janvier dernier, n’en finit pas d’abîmer l’Amérique.

La semaine dernière, la Cour suprême (que l’ex-président républicain a remodelée en y nommant trois juges conservateurs) a ainsi autorisé le Texas à appliquer une loi anti-avortement d’une sévérité inédite.

Désormais, les IVG y sont interdites après six semaines de grossesse, ce qui revient quasiment à les bannir, puisque la majorité des femmes découvrent à peine qu’elles sont enceintes à ce moment-là. Aucune exception n’est prévue en cas de viol ou d’inceste. Et le texte encourage la dénonciation de toute personne qui les aiderait àse faire avorter après ce délai, avec une récompense de 10 000 dollars minimum.

Ce n’est pas la première fois que le droit à l’avortement, garanti par l’« arrêt Roe vs Wade » de 1973, est attaqué outre-Atlantique mais, d’ordinaire, les tribunaux font barrage. La décision de la plus haute juridiction du pays montre cette fois-ci à quel point les États-Unis sont loin de s’être débarrassés du « trumpisme ».

Avec six juges conservateurs sur neuf, la Cour suprême semble arrimée du côté républicain pour de bon (ses membres sont nommés à vie). Pas franchement de bon augure pour les affaires examinées cet automne: contrôle des armes à feu, maintien ou non des politiques de discrimination positive dans les facs, application de la peine de mort…

À moins que Joe Biden, qui a qualifié la loi texane d’« attaque inédite contre les droits constitutionnels des femmes», ne se décide enfin à réformer le fonctionnement de la Cour (une idée que les démocrates caressent depuis Roosevelt).


Lucas Armati – Télérama – N°3739 – 08 /09/2021


Dessin de Salch – Charlie Hebdo – 08/09/2021

Si le dessin, vous dérange vous n’êtes pas obligé de le regarder… reste que les USA, le Texas, l’avortement, les armes à feu, dire que certaines/certains parlent de ce pays comme étant le summum de la liberté… MC