La France, poursuit allégrement son déficit commercial…

Selon un article de Médiapart relayant une dépêche de l’AFP – Titre original : « France: le déficit commercial atteint 6,6 milliards d’euros en juillet » – Source (Extraits). Pour autant l’info ne comporte aucun commentaire de cet organisme de presse pourtant habitué à s’exprimer sur tout et rien en abondance… MC


Le déficit commercial français a atteint 6,6 milliards d’euros en juillet, un peu supérieur au niveau de juin, sous l’effet d’une progression des importations, ont annoncé mercredi les Douanes.

 […]


L’analyse trouvée dans « Le Figaro Finance ». Source (Extraits)

Les Douanes confirment une croissance des importations supérieure au niveau des exportations et un déficit, en cumul, atteignant près de 68 milliards d’euros.

Au premier semestre 2021, le déficit s’était creusé à 34,8 milliards d’euros, les exportations de biens s’élevant à 240,2 milliards d’euros et les importations à 275 milliards. En juillet 2021, les exportations ont progressé légèrement sur le mois et atteignent 96% de leur niveau moyen de 2019, détaillent les Douanes, tandis que les importations retrouvent leur niveau moyen de cette même année.

« Ce retour à la normale des importations par rapport à la situation d’avant crise doit toutefois être relativisé. Il est, en partie, dû à la hausse des prix à l’importation des matières premières et des produits industriels observée depuis le début de l’année », expliquent les Douanes.

Déficit énergétique stable

Le déficit énergétique a quant à lui été stable autour de 3 milliards d’euros, « inférieur à celui d’avant la crise», avec 3,7 milliards d’euros en moyenne en 2019. Concernant les biens d’investissements, le déficit est de 2,7 milliards d’euros, bien supérieur à avant la crise sanitaire. Le déficit des biens intermédiaires atteint pour sa part 2 milliards d’euros, évoluant depuis cinq mois à un niveau historiquement haut, détaillent les Douanes.

Du côté de la balance des paiements, qui inclut les échanges de service, le déficit des transactions courantes est ressorti à 3,5 milliards d’euros en juillet après 0,9 milliard au mois précédent. C’est principalement en raison de la « détérioration du déficit des biens hors énergie de 2,9 milliards d’euros alors que le déficit des biens énergétiques demeure stable à 2,9 milliards », a précisé la Banque de France.


La même info diffusée par « La Tribune Bourse ». Source (Extraits)

Ce creusement d’un mois sur l’autre reflète une baisse de 2% des exportations françaises, à moins de 40,7 milliards d’euros, pour des importations qui sont restées à peu près stables autour de 47,6 milliards.


Notre humble avis qui fort logiquement n’engage que son auteur…

En réalité nos gouvernants s’en fichent pas mal du déficit. Rappelons que le déficit commercial provient de la différence entre ce qui est produit en France vendue à l’étranger(Exporté) et ce que les entreprises françaises achètent pour fabriquer ou vendre (Importé).

Dans cette forme de société où le capital est roi, il « semble » moins dangereux financièrement pour les investisseurs, d’acheter soit des matières premières, soit des produits finis sans avoir directement un coût de fabrication correspondant à la charge des locaux et des employés. Ce comportement réduisant de fait l’embauche d’ouvriers spécialisés aux « profits » de salariés intérimaires ou peu qualifiés rémunérés avec un lance-pierre est corvéable à merci. C’est toujours ça de gagné pour les actionnaires et boursiers.

MC