Après tant de tergiversations…

Covid: la gestion de la crise par le gouvernement objet de « milliers de plaintes »

Depuis dix-huit mois, les critiques sur  la gestion par le gouvernement de la crise du Covid-19, pleuvent, les plaintes également. Selon François Molins, procureur général, « des milliers » sont parvenues à la Cour de justice de la République (CJR), seule juridiction habilitée à juger les ministres pour des actes commis dans l’exercice de leurs fonctions.

Article composé en partie d’après Le HuffPost — Source (Extraits)

[…]

Le même « phénomène » au pôle santé publique

« Le même phénomène (de plaintes massives, NDLR) existe au niveau du pôle santé publique (du tribunal judiciaire) de Paris (…) C’est un phénomène qui concerne la problématique dans son ensemble: le volet droit commun ou le volet ministériel », a-t-il ajouté.

[…]

Instruction en cours concernant Philippe, Buzyn et Véran

La CJR, juridiction d’exception mi-politique, mi-judiciaire, souvent placée sous le feu des critiques, mène actuellement une instruction depuis juillet 2020 concernant l’ancien Premier ministre Edouard Philippe, l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn et son successeur Olivier Véran, pour la gestion de la Covid-19. 


Selon « Le Point ». Source (extraits)

« C’est un phénomène qui est nouveau, qui est dû certainement au développement des modes de communication et d’Internet, et qui affecte la Cour de justice de la République, explique-t-il. Il y a des milliers de plaintes qui arrivent. » La commission des requêtes doit ensuite juger de leur recevabilité. « C’est un phénomène qui concerne la problématique dans son ensemble : le volet droit commun ou le volet ministériel », précise François Molins.

« S’il y a un problème avec la CJR, il faut que le modèle évolue »

Stocks de masques insuffisants, problèmes d’approvisionnement, risque épidémique sous-estimé… plusieurs enquêtes ont été ouvertes depuis le début de la crise sanitaire après des plaintes sur la gestion de l’épidémie de coronavirus par les pouvoirs publics. 

Mi-octobre 2020, des perquisitions ont été réalisées aux domiciles ou dans les bureaux d’Olivier Véran, Édouard Philippe et Agnès Buzyn et d’autres ont été menées le même jour chez l’ancienne porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon et la directrice de Santé publique France Geneviève Chêne.