Pourrait-on de nos jours chanter cela…

La Digue Du Cul

En revenant de Nantes
En revenant de Nantes

De Nantes à Montaigu, la digue, la digue,
De Nantes à Montaigu, la digue du cul.

Je rencontre une belle,
Qui dormait le cul nu,

De Nantes à Montaigu, la digue, la digue,
De Nantes à Montaigu, la digue du cul.

Je bande mon arbalète,
Et j’la lui fous dans l’cul,

De Nantes à Montaigu, la digue, la digue,
De Nantes à Montaigu, la digue du cul.

La belle se réveille,
Et dit j’ai l’diable au cul,

De Nantes à Montaigu, la digue, la digue,
De Nantes à Montaigu, la digue du cul.

Mais non ce n’est pas le diable,
C’est mon beau dard poilu,

De Nantes à Montaigu, la digue, la digue,
De Nantes à Montaigu, la digue du cul.

Qui bande et se décharge,
Et qui t’en fout plein l’cul,

De Nantes à Montaigu, la digue, la digue,
De Nantes à Montaigu, la digue du cul.

Si ce n’est pas le diable,
Refous-le moi dans l’cul,

De Nantes à Montaigu, la digue, la digue,
De Nantes à Montaigu, la digue du cul.

Qu’il entre et qu’il y reste,
Et qu’il n’en sorte plus.


Les Frères Jacques


https://youtu.be/NCD2YJBk_UI