Le Négationnisme tranquille.

En dehors du côté mercantile des publications des œuvres retrouvées de L.F. Céline, nous dénonçons la teneur de ces écrits, la vie dissolue de cet auteur collabo en 40-45.

C’est un nouvel ensemble d’écrits et pensées qui se déversent (comme dans les émissions de CNews, de BFM TV; les propos d’un Zemmour et Cie), produisent autant d’alertes sur la montée de la déviance d’une bonne part de la société vers l’ultra droitisme, les prémices ségrégationnistes, la généralisation de la ghettoïsations de quartiers, l’incitation et l’augmentation des mentalités délationnistes; un faisceau qu’a induit les lois et procédures du gouvernements Macron et ses positions divergentes envers les religions, son enfermement dans sa tour élyséenne… MC

Il ne vous aura pas échappé cette incroyable actualité au cœur de l’été : des manuscrits inédits de Louis-Ferdinand Céline ont été retrouvés. Les spécialistes les cherchaient depuis leur disparition, en 1944, au moment de la Libération.

Parmi les papiers abîmés qui ont refait surface, on trouve un roman, intitulé Londres, une « Légende », La Volonté du roi Krogold, et d’importantes séquences inédites de Casse-pipe, un livre qui complète la trilogie commencée avec Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit. Le mètre cube de papiers exhumés contient également un récit halluciné des blessures du futur Céline pendant la Première Guerre, diverses notes et puis des lettres échangées avec Robert Brasillach.

Céline avait toujours dit que ces manuscrits lui avaient été volés dans son appartement montmartrois après sa fuite à Sigmaringen avec la crème de la France vichyste.

Ces textes seront publiés dès que possible chez Gallimard, je les lirai, j’ai lu tout Céline, y compris ses pamphlets antisémites, enfin, une partie, c’est tellement lourdingue, c’est éprouvant, fatigant; mais il faut lire tout Céline pour en saisir la cohérence (comme on dit pour les délires).

Ça n’est donc pas la réapparition de ces manuscrits inédits qui m’embête. Ce qui m’embête, ce sont les éléments de langage antisémites auxquels cette affaire va donner lieu. On va avoir droit à un festival de négations, de mensonges et de démentis. Ça a d’ailleurs déjà commencé.

Le 4 août dernier, Le Monde révèle la stupéfiante découverte avec un article de Jérôme Dupuis intitulé « Des milliers de feuillets inédits : les trésors retrouvés de Louis-Ferdinand Céline ».

Le 6 août, le journaliste est reçu dans Les Matins d’été de France Culture. Quand Chloë Cambreling, l’animatrice de l’émission, lui demande de resituer le contexte de la disparition des manuscrits, Jérôme Dupuis tient des propos carrément négationnistes : «[Céline] a un peu fréquenté les nazis, il n’a pas été un collabo au sens strict du terme, mais il comprend bien, lorsque les Américains arrivent en Normandie, début juin 44, qu’il est temps pour lui de mettre les voiles […].»

Et Chloë Cambreling laisse passer ça sans la moindre question.

Alors que dans Céline, la race, le Juif, un livre très documenté publié en 2017, les historiens Annick Duraffour et Pierre-André Taguieff établissent, archives à l’appui, que Céline ne s’est pas contenté de publier des pamphlets racialistes, il a été un collaborateur enthousiaste de l’Allemagne nazie, jusqu’à devenir un agent du SD, le Sicherheitsdienst, un service de renseignements allemand.

Par ses informations délatrices, l’écrivain s’est rendu responsable de plusieurs déportations, donc de plusieurs assassinats, (1). Il a aussi effectué des missions pour la Gestapo, par exemple quand il a participé à la traque de résistants jusqu’en Bretagne. Céline avait prévenu : dans Les Beaux Draps, il indiquait noir sur blanc qu’il ne se contenterait par d’écrits, et qu’il passerait à l’action.

Si tout cela ne fait pas de lui un « collabo au sens strict », alors il n’y a pas eu de collaborateurs sous l’Occupation.

Les propos du journaliste Jérôme Dupuis sont malheureusement syntones avec la grande confusion actuelle, avec les pancartes et slogans antisémites et complotistes que je vois fleurir impunément tous les samedis dans les rues de Paris.


Yann Diener – Charlie Hebdo – 01/09/2021


1. Céline, la race, le Juif, d’Annick Duraffour et Pierre-André Taguieff (éd. Fayard). En poche !