Malaise, de quels malaises parlons-nous !

Moi aussi, je commence à en avoir marre de la crise de la Covid et des interminables débats sur les mesures barrières, les vaccins, les anti­vaccins… et de ressortir la peste bubonique ou la grippe espagnol…

Pour se changer les idées, parlons d’autre chose, d’encore pire, de bien plus catastrophique et terrifiant qu’une simple épidémie : la guerre.

À force de pleurnicher sur le pass sanitaire pour boire des verres en terrasse, on a fini par oublier que la guerre est la plus terrible catastrophe pour l’être humain. Quand on écoute les généraux actuels, tous s’accordent pour dire que le monde se rapproche inexorablement d’un conflit entre grandes nations.

Personne n’ose montrer du doigt celui qui sera notre futur ennemi et sur lequel il faudra tirer, mais des noms reviennent souvent, la Russie ou la Chine.

L’expansionnisme économique de ces puissances risque de se heurter un jour à celui d’autres entités politiques, comme les États-Unis ou l’Europe. On pense à Athènes et Sparte, dont l’opposition dégénéra en un affrontement qui signa la fin de leur prospérité et de leur rayonnement.

La Chine et les États-Unis seront-ils les Sparte et Athènes de demain?

Il y a probablement beaucoup de militaires qui, du fond de leur poste de commandement, à 100 m sous terre, le pensent.

  • Comment éclatera ce prochain conflit?
  • Un malentendu?
  • Une erreur?
  • Une provocation mal évaluée?

[…] Le général Lecointre, ancien chef des armées, a annoncé le mois dernier, avant de quitter ses fonctions, que « les périls se rapprochent de la France ».

Après Athènes et Sparte, il faut se tourner vers Bismarck et sa dépêche d’Ems qui, envoyée par télégraphe, affola l’état-major français et déclencha la guerre de 1870. Ce n’était pas encore la cyberguerre, mais déjà à l’époque, une technologie moderne – le télégraphe – diffusa une intox qui sera à l’origine d’un conflit entre la France et l’Allemagne, et dont les conséquences furent par ricochet la Première Guerre mondiale.

Merci au télégraphe pour son rôle dans cette escalade fatale. Et merci aussi à Internet pour la prochaine guerre mondiale, qui sera peut-être provoquée dans le cyberespace par quelques attaques informatiques bien ciblées.

[…]

On raconte […] que Waterloo fut perdue à cause d’une pluie qui rendit le sol boueux et handicapa la cavalerie française.

La maladie et les intempéries. Deux facteurs capitaux pour gagner une bataille. Ça ne vous dit rien? Un virus décime les soldats ennemis contraints d’être confinés, et des pluies torrentielles dévastent les infrastructures du pays adverse. C’est exactement ce qui se passe actuellement en Europe avec le Covid et le réchauffement climatique, qui, associés, déstabilisent les pays les plus modernes du Vieux Continent.

Est-ce que cela donnerait des idées à un général chinois ou russe, d’attaquer l’Europe ou les États-Unis maintenant. Pendant que tout le monde ne pense qu’à se faire vacciner pour boire des verres en terrasse et répare des kilomètres de routes détruites par des pluies torrentielles. […]

Évidemment, tout ça, c’est de la science-fiction, me direz-vous. C’est vrai. Mais, qu’est-ce qui vous dit qu’en ce moment, dans les états-majors, il n’y a pas des types qui réfléchissent aux avantages et aux handicaps qu’engendreraient pour leur armée le réchauffement climatique, les coulées de boue, les canicules, la crise de la Covid, le confinement de la population civile, la saturation des hôpitaux et la difficulté pour les dirigeants politiques d’imposer à leurs concitoyens des mesures contraignantes et impopulaires?


Edito de Riss (Extraits) – Charlie Hebdo – 04/08/2021