Chut… Oui, mais !

C’est le type même d’info dont il faut se méfier… À qui, sert-elle, qui a intérêt à ne pas la diffuser, qui préfère la cacher…

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui il y a bien un rejet populaire envers Emmanuel et Marine, alors Xavier à peut-être une chance d’être élu par défaut. Ne croyons surtout pas, que pour autant les actes et le sens des décisions gouvernementales changeraient en faveur de la démocratie et du peuple ouvrier. Les loups se partagent toujours le gâteau. MC

Le premier coup tordu de la présidentielle ?

La nouvelle « incroyable » court, depuis quelques jours, chez Les Républicains : dans un sondage à paraître, Xavier Bertrand talonne littéralement Macron et Le Pen !

Quel sondage ? Mystère et boule de gomme.

Renseignement pris, il s’agit d’un sondage commandé à Ipsos par le Cevipof, le centre de recherches politiques de Sciences-Po. Il a été réalisé du 29 juin au 8 juillet (donc avant l’intervention de Macron) sur un échantillon de 9 971 personnes inscrites sur les listes électorales.

Il fait effectivement état, par rapport aux précédent sondages, d’une forte hausse de Bertrand, qui recueillerait de 18 à 20 % des intentions de vote, et d’un tassement de ses adversaires (Macron est crédité de 22 à 24 % et Le Pen de 20 à 22 %).

Un sondage qui ne peut pas mieux tomber pour Bertrand, car il sème le trouble chez LR, juste avant la réunion, ce 21 juillet, de ses rivaux (Pécresse, Wauquiez, Barnier, Juvin, Retailleau) pour tenter de se mettre d’accord sur une primaire.

Problème : ce sondage n’a pas été diffusé et il n’a pas vocation à l’être. Sa fiche technique n’a d’ailleurs pas été transmise, comme il se doit, à la Commission des sondages. Alors, quoi, une vieille grosse manip pour impressionner les adversaires de Bertrand ? Le malaise est certain au sein même d’Ipsos.

« Ce sondage n’avait pas vocation à être publié, a réagi son directeur général délégué, Brice Teinturier, interrogé par « Le Canard ». Il a été réalisé pour un client qui n’est pas un média. Lorsque nous faisons des enquêtes publiées pour la présidentielle, nous prenons la précaution de tester les différents candidats de la droite, alors que dans celui-ci seul Xavier Bertrand est testé. »

Tout porte à croire que le vrai « client» est un proche du président de la région des Hauts-de-France.

« Faux », prétend Sylvain Brouard, l’un des responsables du Cevipof. Selon lui, il s’agit simplement de la poursuite d’un programme de recherches sur la démocratie régionale, non sujet à publication.

Promis, s’il s’est concentré sur Bertrand, c’est uniquement parce que c’est le seul candidat de droite déclaré. Pécresse, Wauquiez, Barnier et les autres peuvent donc se rassurer.


Article non signé- Le Canard Enchainé – 21/07/2021