Une video du 22 juillet

De passe sanitaire à la lutte contre le terrorisme… un traçage de la population sans le dire ???

Pas une prise de position juste un avis comme un autre… MC


Les députés votent la mesure controversée sur le pass sanitaire, après d’âpres débats

L’Assemblée nationale a adopté l’extension du pass sanitaire dans la nuit de jeudi à vendredi en votant l’article 1 du nouveau projet de loi anti-Covid, après d’âpres débats. Les députés ont adopté par 132 voix contre 106 peu avant 0 h 40 (23/07/2021), l’article 1 du projet de loi gestion de la crise sanitaire qui étend le champ d’application de cet outil présenté par le gouvernement comme la meilleure arme face au rebond de l’épidémie du Covid-19.

5 réflexions sur “Une video du 22 juillet

  1. jjbey 23/07/2021 / 21:34

    La vaccination est efficace, j’en sais quelque chose dans mon environnement immédiat. Alors mélanger les problèmes de santé et de liberté commence à me gonfler.
    J’ai le droit de vivre libre et en bonne santé et les voyous qui se pavanent sans protection et contaminent à tire-larigot sont des assassins en puissance.
    Alors je dis halte au feu, protégeons-nous pour protéger les autres, en toute liberté bien sûr.

    • Libres jugements 24/07/2021 / 10:09

      Suite à ton commentaire Jean-Jacques, permets-moi d’affirmer qu’il y a quelques bémols dans la vaccination obligatoire.
      En dehors du fait que cela devienne une obligation pour se déplacer, vivre, aller dans les musées spectacles cinéma restaurant ou même dans des supermarchés pour faire ses courses. Il est désagréable d’être fiché partout, l’obligation d’afficher son pedigree vaccinal présenter sa carte d’identité, dans maints lieux de ses déplacements, rappe un fâcheux temps.

      Mais plus encore, j’en veux prendre pour exemple mon cas personnel qui ne doit pas être le seul et pourtant absolument pas pris en compte par les autorités. Depuis l’âge de trois ans suite à l’injection d’une deuxième dose de vaccin obligatoire pour tous les enfants, à déclencher une série de maladies qui en 1942-43 (période où les médicaments ne circulaient pas facilement pour les civils) a failli m’emporter – je rapporte ce que les adultes de la famille m’ont confié sur ma Santé d’alors.
      Je suis d’une génération où la service militaire était obligatoire ou les différents corps d’armée devaient expédier quelques recrues en Algérie pour y maintenir l’ordre (soi-disant – faire la guerre en réalité) aussi était-il obligatoire de supporter un vaccin réalisé dans le cadre des services de santé militaires. Un médecin lieutenant particulièrement obtus ne voulant absolument pas reconnaître mon cas m’exemptant de toute vaccination décida bien évidemment -sous son képi restreignant son cerveau- de passer outre… résultat transporté de Joigny (Yonne) au Val-de-Grâce pour un mois suite à des œdèmes sur l’ensemble du corps.
      Aujourd’hui à 80 ans, aucun médecin ne veut prendre le risque de me vacciner.
      Alors oui Jean-Jacques, je suis un assassin en puissance.
      Un de ces assassins qui ne peut selon les dernières restrictions-conseils avisés du gouvernement, absolument plus sortir de chez lui, se rendre pour faire des courses dans un supermarché ou commerçants et bien sûr impossibilité de se rendre dans un restaurant, cinéma, musée, ou même s’offrir une quelconque balade au risque de se faire contrôler par quelques képis de Monsieur jeneveux pasl’savoir.

      Oui Jean -jacques dans mon cas il y a plusieurs autres personnes dans le même cas notamment ceux victimes de certaines maladies qui ne peuvent être vacciné… faut-il les-nous mettre dans un ghetto, les-nous enfermer, voir après tout… les piquer ?

      En tout cas à titre personnel tel est mon lot, en aucun cas il me fait plaisir, il est là et il n’est pas pris en compte.

      En toute amitié
      Michel

  2. Danielle ROLLAT 24/07/2021 / 15:40

    Bonjour à tous, et à vous Jean-Jacques et Michel en particulier.
    Bien sûr, il est important de tout entreprendre pour éradiquer autant que possible cette saleté et ses déviants…
    Si cela passe par des mesures de précaution individuelles, telles que masques, gants, solutions hydroalcooliques, isolement et traitement des personnes contaminées, recherches sur leurs proches, cela passe aussi par une mesure de prévention générale, appelée vaccination qui compte aussi des exceptions, des contre-indications, comme tout traitement, toute thérapie.
    Il est arrivé aussi, et tu en es un des exemples que je connaisse cher Michel, qu’elles produisent des évènements indésirables graves… Je connais plusieurs personnes ayant souffert de réactions violentes au vaccin contre l’Hépatite B, et dans ma propre famille, une réaction préoccupante au vaccin antigrippal, qui nécessite encore aujourd’hui un traitement quotidien, plus de 20 ans après…
    Bien évidemment, et logiquement, ils et elles, sont tous opposé-e-s au vaccin actuel, et à ceux précités, mais ils prennent tous, toutes les précautions d’usage et se trimballent avec un certificat médical de contre-indication. Ils ont aussi compris que des activités et des voyages leur étaient interdits…
    J’aurais certainement la même réaction de méfiance si j’étais concernée…
    Enfin, je n’aurai pas la cruauté de m’attarder sur les conditions de travail, de protections individuelles inexistantes au début de la pandémie, le manque de lits, le manque de personnel, le bricolage, supportés par celles et ceux que nous acclamions tous les soirs et qu’aujourd’hui on criminalise, qui sont menacés d’interdit professionnel et qui étaient aussi incités à aller au boulot, en étant contaminés… certains ont payé de leur vie…
    Je ne sais si les réfractaires au vaccin ont perdu des proches, des amis, des grands-parents au cours de cette pandémie, moi oui, je n’ai pas encore digéré leur départ survenu en septembre 2020, et printemps 2021, ni les conditions de leur contamination…
    Dernier point : quel devenir demain pour l’hôpital public… ??
    Bel été !!

    • Libres jugements 24/07/2021 / 17:12

      Bonjour Danielle,

      Sauf erreur de ma part a aucun moment, je remet en cause les mesures de protections, juste l’obligation d’utiliser le passe-sanitaire comme « sezame » pour sortir de chez soi-moi.
      Bien avant l’arrivée de cette pandémie, je ne pouvais voyager dans certains pays à cause de l’obligation vaccinale.

      Aujourd’hui, mon cas n’est pas isolé, mais les mesures gouvernementales m’isolent de mes amis, de sorties.

      Tant que les autorités n’afficheront pas clairement et officiellement l’impossibilité de recevoir ce vaccin pour certains, la polémique avec des autorités parfois si obtuses, m’interdit de fait tous déplacements.

      Il reste à passer cette période… qui finira bien un jour, le verrais-je de mon vivant ?

      Avec mon amitié
      Michel

  3. Danielle ROLLAT 24/07/2021 / 22:13

    Bonsoir Michel, je sais bien que tu ne remets pas en cause, en citoyen responsable que tu es. Si les autorités ont le devoir et l’obligation de nous protéger, rien ni personne ne les autorise à nous infantiliser, à nous soumettre à des contrôles tatillons, et à restreindre de manière aussi radicale nos libertés, ni à stigmatiser aussi violemment celles et ceux que nous louions au printemps…
    Et si ils et elles démissionnaient en masse ? Bien sûr, ils peuvent refuser, les contraindre à rester au moins provisoirement… Je pense que leur mouvement revendicatif qui dure depuis des mois, justifié de revalorisation des salaires, de recrutements sur les postes vacants, de formations, y est aussi pour quelque chose. On nopus a joué la partition de Ségur, présidée par Nicole NOTAT, la montagne a accouché d’une souris.. je pense aussi aux retraités depuis moins de 5 ans, appelés en renfort et à travailler à plein temps, alors que la caisse de retraite CNRACL (commune aux hospitaliers et aux territoriaux ne permet que le mi-temps… (contrairement aux militaires… il faut rembourser le trop perçu.. N’y avait-il pas moyen de prévoir, de se renseigner au plus haut sommet et de négocier… mais tout cela se tient : après les cheminots, les hospitaliers..

Laisser un commentaire