Le «bruto»-man !

Il en a, de la chance, Vincent Bolloré ! Habituellement, le financier breton récolte une moisson de citations « off » (anonymes) peu flatteuses.

Sa reprise en main musclée de Canal Plus, sa chaîne plus que droitière CNews, sa prise de contrôle même pas rampante d’Europe 1 n’incitent guère à l’éloge. « Le Point » (15/7) a pourtant déniché des complimenteurs .

Au premier rang des panégyristes, la garde rapprochée du vénéré patron. « Vincent Bolloré concentre trois hommes en un, avance ainsi Stéphane Roussel, le directeur général des opérations de Vivendi. Il est à la fois actionnaire principal, stratège et tacticien. Vous gagnez donc énormément de temps avec lui. » Même pas besoin de se faire cloner !

Arnaud de Puyfontaine, le président du directoire de Vivendi, abonde dans son sens : « Vincent Bolloré, c’est un chef d’orchestre qui laisse les premiers solistes jouer leur partition. » Avec le revolver sur la tempe ?

Et Maxime Saada, le président du directoire de Canal Plus, d’en rajouter une louche sur ce patron qui « arrivait très tôt, avant même le personnel qui venait faire le ménage ». Un héros ! Si ces trois-là ne sont pas récompensés…

Autre catégorie de flagorneurs : les amis bretons, comme l’ancien maire de Quimper Bernard Poignant, qui se fend d’un énamouré « Bolloré et grasse matinée, ça ne colle pas ».Sans compter François Pinault, propriétaire du… « Point », si heureux d’ouvrir les pages de son hebdomadaire à un compatriote méritant.

Yec’hed mat ! (A votre santé !)


Article non signé. Le Canard Enchaîné. 21/07/2021