Gardez vos récriminations…

… Quoi que vous puissiez penser à l’issue de la lecture de l’article ci-dessous, il est malheureusement hyper réaliste. L’aide à son prochain est perdue depuis bien longtemps, en réalité depuis qu’est prôné une société où tous les coups sont permis, où règne l’indifférence et l’individualisme, où la solidarité n’est plus qu’un mot désuet dans le dictionnaire. MC

C’est arrivé en Suisse.

Un homme de 64 ans est mort dans un tramway, sans que personne ne s’en émeuve. Il est resté là six heures, avant que la police se rende compte, aux environs de 13 heures, qu’il commençait à refroidir (Le Monde, 13juillet).

Pourtant, son portable n’avait cessé de sonner, mais l’homme ne bronchait pas… Bref, il y avait quelques indices qui auraient pu inciter au moins un des passagers du tramway à faire preuve de plus de curiosité.

L’affaire a, semble-t-il, suscité une onde de choc en Suisse, mais les choses se seraient-elles passées différemment en France ou ailleurs dans le monde?

La mort de cet homme rappelle une autre affaire d’indifférence générale, le cas Kitty Genovese.

Cette femme fut violée et tuée à New York, en 1964, vers 3 heures du matin, dans la rue. Elle avait réussi à fuir son agresseur une première fois, mais il l’avait poursuivie et achevée.

Pendant son long supplice. Kitty Genovese cria pour appeler au secours, mais personne ne vint à son aide, alors même qu’une bonne partie du quartier était réveillée par ses suppliques (ce que l’enquête révéla).

Cette affaire sidéra l’Amérique et fit naître une notion en sociologie, l’« effet témoin » : plus il y a de personnes qui assistent à une scène de violence, plus chacune d’entre elles compte sur les autres pour intervenir.

La récente mort survenue en Suisse ne corrobore pas seulement cette théorie, elle l’approfondit : les foules sont vouées à être solitaires, même en l’absence de tout danger, notre intérêt pour l’autre demeure quasi nul.


G. Erner. Charlie Hebdo. 21/07/2021