C’est quoi ce binz !

 […] à peine les premiers résultats tombés, toutes les explications, même les plus hardies, ont été avancées.

Surtout par ceux qui, tout en faisant mine de se lamenter «pour la démocratie» de cette désaffection électorale à la fois « historique » et «abyssale », se sont empressés de s’en servir pour couvrir leurs piètres résultats.

Ainsi, le RN, l’un des grands perdants de ce premier tour, en qui les sondeurs péremptoires avaient vu le grand vainqueur, n’a pas lésiné sur les justifications. Le parti donné en tête dans cinq régions et, à l’issue de ce premier tour, en passe de continuer de n’en avoir aucune au second, a tout évoqué pour tenter d’expliquer des scores de 10 points inférieurs à ceux de 2015.

Du ministère de l’Intérieur qui n’aurait pas fait son travail d’information sur ces élections aux professions de foi pas arrivées dans les boîtes aux lettres, tout y est passé.

 […]

Les électeurs LR-EM, eux, n’ont pas été engueulés par Macron, autre grand perdant de cette élection. Ni pour leur abstention ni pour les lamentables résultats que ceux qui sont allés voter ont presque partout donnés aux candidats de la majorité.

 […]

Ni le tour de France de Macron, ni sa cote de popularité, que le déconfinement a redorée, n’ont suffi, pas plus que la nationalisation appuyée de cette élection régionale et départementale n’a marché. L’implication des ministres envoyés au front dans le Nord pour semer la zizanie chez Bertrand non plus. Rien n’a fonctionné comme prévu.

En Paca, la tactique d’alliance avec Muselier aura surtout empêché ce dernier de profiter de la prime aux sortants, qui, ailleurs, en a fait arriver beaucoup, loin devant.

Même le scénario du « ni droite ni gauche » a été cabossé.

 […]

Revigoré, pour ne pas dire enivré, par les bons scores de ses candidats Bertrand, Pécresse et Wauquiez, LR se prend déjà à gamberger.

 […]

A gauche, le PS, fort du bon maintien de ses sortants, a été aussi prompt à s’emballer. Les Verts aussi, dans la foulée… Les oppositions reprennent confiance.

[…]

Macron prétendait faire rêver les électeurs mais dans cette affaire, il n’a réussi qu’à faire rêver les adversaires qu’il entendait faire taire.


Edito d’Erik Emptaz – Le Canard Enchainé – 23/06/2021 (Extraits)