Stop ; rien n’est définitivement joué et les loups restent à l’affut.

Porté haut dans les sondages et les médias, le RN -Rassemblement National- obtient finalement des résultats très en deçà de ses attentes à part la région Paca […].

 […]

 […]. [En] 2015 : le Front national de l’époque avait alors obtenu 28,4 % des voix au niveau national, et faisait une entrée en force dans les conseils régionaux. Six ans plus tard, son score national est estimé à 19,3 %, près de dix points de moins. […]

À l’issue de ce premier tour, le RN ne parvient à se hisser en tête (mais de peu)  que dans une des treize régions métropolitaine, en Paca, où il semble toujours en mesure de gagner la région. Sauf que rien n’est encore joué si l’écolo de service se maintient créant une triangulaire… pour faire perdre Muselier

Le danger du second tour pose comme en 2015 (lorsque Marion Maréchal avait alors obtenu 40,55 % des voix) l’enjeu d’un front républicain pour barrer la route au RN.

Pour les autres régions sauf coup de Trafalgar, la prime aux sortantes/sortants ont assurée un bon score ; encore faudra-t-il le transformer au second tour !

Le grand perdant et cela doit manquer de faire reflechir l’entourage et le locataire temporaire élyséen, est le score plus que modeste de celles et ceux se reclamant de la formation LR-EM. Non seulement elle a perdu en voix mais aussi se trouvent dégagés un certains nombres de ministres ou proches de Macron


Ce qui ressort du débat sur Fr2 entre autre…

Des élus et responsables de partis comme d’habitude une certaine autosuffisance- autosatisfaction.

Quant à Laurent Delahousse, il n’était pas d’humeur pendant la soirée électorale. Le journaliste, qui co-animait avec Anne-Sophie Lapix le premier tour des régionales et départementales de ce dimanche 20 juin 2021, s’est agacé plusieurs fois devant les caméras.

Interrogé par Rachida Dati sur le traitement médiatique de la politique en France, le journaliste a reconnu que « la profession est un petit peu en cause » face au désintérêt des électeurs, alors que l’abstention vient justement de battre un record.

Une remarque qui l’a ensuite amené à critiquer le système médiatique et l’information devenue « objet de consommation ». « On ne traite plus parfois les sujets qui sont essentiels pour les Français, mais ceux qui potentiellement font du public », s’est-il désolé. 

« Un produit d’information est considéré comme un objet de consommation, c’est-à-dire qu’il alimente l’audience donc je l’utilise », regrette-t-il mentionnant les chaînes d’information.

 […]

Désolé nous avons oublié/déserté le débat sur CNews et BFM-Télé !


Le HuffPost – Source (Extraits)